Cet article date de plus de huit ans.

Le terroriste Carlos condamné à la perpétuité en appel pour quatre attentats en France

La peine du terroriste vénézuélien a été assortie d'une période de sûreté de dix-huit ans, comme en première instance.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Vénézuélien Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos, lors de son procès en première instance, à Paris, le 7 novembre 2011. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

Carlos, figure du terrorisme international des années 70 et 80, a été condamné en appel, mercredi 26 juin, à la réclusion criminelle à perpétuité pour quatre attentats commis en France il y a trente ans. La peine du Vénézuélien Ilich Ramirez Sanchez a été assortie d'une période de sûreté de dix-huit ans, comme en première instance. C'est la peine maximale encourue.

L'Allemande Christa Fröhlich, absente et jugée pour un seul de ces attentats est acquittée, comme en 2011.

L'homme, âgé de 63 ans, est incarcéré en France depuis son arrestation au Soudan par la police française en août 1994. Il purge déjà une peine de réclusion criminelle à perpétuité prononcée en 1997 pour le meurtre de trois hommes, dont deux policiers, à Paris en 1975. Il était cette fois jugé pour avoir organisé quatre attentats à l'explosif en France qui ont fait onze morts et près de 150 blessés, rue Marbeuf à Paris, dans un train Paris-Toulouse, un TGV Marseille-Paris et en gare Saint-Charles de Marseille, en 1982 et 1983.

"Un pourvoi en cassation sera certainement déposé", a indiqué l'un de ses avocats, Isabelle Coutant-Peyre, en dénonçant une condamnation prononcée "sans l'ombre d'une preuve par une magistrature qui se déconsidère". Ilich Ramirez Sanchez "vient de faire une nouvelle victime, la justice", a constaté de son côté Francis Vuillemin, son autre conseil. L'accusé avait pris longuement la parole mercredi, après six semaines d'audience, pour passer en revue les débats et distribuer bons et mauvais points.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.