"Le Point" poursuivi pour "diffamation publique raciale" par une association de jeunes Chinois

L'Association des jeunes Chinois de France reproche à l'hebdomadaire ses "clichés racistes".

La communauté chinoise avait déjà protesté contre un article du \"Parisien\" en manifestant devant le siège du journal, le 21 novembre 2012.
La communauté chinoise avait déjà protesté contre un article du "Parisien" en manifestant devant le siège du journal, le 21 novembre 2012. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

JUSTICE - "Les 5 commandements de l'entrepreneur chinois." Publié le 23 août dernier dans Le Point, cet article, ainsi que l'enquête qui l'accompagnait sur "l'intrigante réussite des Chinois en France", a provoqué la colère de la communauté chinoise. L'Association des jeunes Chinois de France a annoncé lundi 10 décembre, dans un communiqué relayé par Le Figaro.fr, le dépôt d'une plainte pour "diffamation publique raciale à l'encontre des Français d'origine chinoise" contre l'hebdomadaire de Franz-Olivier Giesbert.

"Cette publication a entraîné un émoi légitime, notamment chez les jeunes issus de l'immigration chinoise, en raison des clichés racistes qu'elle véhicule", déplore l'association, en précisant qu'il s'agit d'une première. L'article incriminé expliquait notamment que l'entrepreneur chinois en France ne payait pas d'impôts, ne cotisait pas et ne rémunérait pas ses salariés.

Début octobre, l'association avait déjà protesté par courrier auprès du Point, en demandant la publication d'un rectificatif et d'un droit de réponse. "Non, tous les Français d'origine chinoise ne sont pas des criminels. Ce sont des Français comme les autres. Non, toutes les Françaises d’origine chinoise ne sont pas des prostituées. Ce sont des Françaises comme les autres", expliquait la lettre. Selon Le Figaro.fr, une première audience est prévue le 24 janvier 2013.