Cet article date de plus de dix ans.

Le fabricant de lingerie Lejaby repris en partie : 195 emplois conservés sur 450

Le tribunal de commerce de Lyon a tranché en faveur du plan de reprise déposé par Alain Prost, qui prévoit la fermeture de l'usine d'Yssingeaux en Haute-Loire. 255 personnes se retrouvent le carreau.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Robert Pratta Reuters)

Les salariés avaient prévenu : cette solution était la pire à leurs yeux. C'est celle qui a été retenue par le tribunal de commerce de Lyon. La pire, parce qu'elle prévoit de fermer le site d'Yssingeaux, en Haute-Loire. De ne conserver que 195 emplois, sur les 450 que compte encore Lejaby.

Aucune des solutions n'était satisfaisante, pour les syndicats. L'autre offre en lice proposait de conserver 170 salariés, mais ne fermait pas Yssingeaux.

La société, qui confectionne des sous-vêtements féminins, a été mise en liquidation le 22 décembre dernier. Le tribunal a désigné aujourd'hui comme repreneur Alain Prost, ex-PDG de l'italien La Perla, et ancien DG de Chantelle, et ses associés, Isalys, principal sous-traitant tunisien de Lejaby, et Christian Bugnon, fils d'un ancien PDG de la marque.

Selon le plan de reprise, toute la production sera regroupée sur le site de Rillieux, près de Lyon. Une "petite unité de production", de 20 personnes au départ, sera maintenue à Rillieux, où sera lancé en 2012 "un projet haut de gamme" dont le nom de code est "Lejaby couture".

Yssingeaux est donc fermé. Ses 93 salariés ont prévu d'occuper l'usine à partir de ce soir. Dix d'entre eux ont même menacé d'entamer une grève de la faim demain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.