Cet article date de plus de quatre ans.

La demande d’extradition du beau-frère de Chérif Kouachi examinée en Bulgarie

Un tribunal bulgare examine ce mercredi la demande d’extradition vers la France de Mourad Hamyd, 20 ans, le beau-frère de Chérif Kouachi, l'un des auteurs des attentats contre Charlie Hebdo.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Perquisition par le GIPN et la BRI à Charleville-Mézières chez Mourad Hamyd en janvier 2015 © MaxPPP)

En janvier 2015, Mourad Hamyd, avait été brièvement soupçonné d'être impliqué, lui aussi, dans les attentats contre le journal satirique avant d'être rapidement innocenté. Un an et demi plus tard, l’homme a cherché à se rendre en Syrie : il a été interpellé par les Bulgares à la frontière bulgaro-turque. Sa demande d’extradition vers la France est examinée ce mercredi par la Bulgarie.

A LIRE AUSSI ►►► Le beau-frère de Chérif Kouachi arrêté à la frontière turque

Mourad Hamyd pourrait être remis aux autorités judiciaires françaises d'ici quelques jours, si son extradition est confirmée par les juges. Rien ne semble s'y opposer : la France a émis un mandat d'arrêt européen à l'encontre du beau-frère de Chérif Kouachi. Dans ce cadre-là, l'extradition est quasi-automatique et elle sera d'autant plus rapide que Mourad Hamyd accepte d'ores et déjà de revenir en France, selon son avocat commis d'office en Bulgarie.

Fiché S après une première tentative de départ en Syrie

Mourad Hamyd apparaît aujourd'hui bien loin du jeune homme qui devant les caméras du monde entier, se disait "choqué" par la tuerie de Charlie Hebdo et s'indignait d'avoir été lui-même placé 40 heures en garde à vue en janvier 2015 alors qu'il disait être "un lycéen normal qui vit tranquillement avec ses parents". Le lycéen de l'époque était bien en classe à l'heure des attentats contre Charlie. Mais depuis l'été 2014, il inquiétait les policiers antiterroristes qui avaient établi une fiche S sur lui, après une première tentative de départ vers la Syrie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.