L'ex-ministre Damien Abad mis en examen pour tentative de viol

L'ancien ministre a par ailleurs été placé sous le statut de témoin assisté des chefs de viols au préjudice des deux autres femmes en 2010 et 2011.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Damien Abad, l'ancien ministre des Solidarités, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 13 décembre 2023. (ALAIN JOCARD / AFP)

L'ex-ministre Damien Abad a été mis en examen jeudi 16 mai pour tentative de viol, confirme le parquet de Paris à franceinfo. L'ancien ministre des Solidarités est donc poursuivi pour ces faits "susceptibles d'avoir été commis en 2010". Dans cette affaire, une information judiciaire, visant Damien Abad avait été ouverte, le 21 juin 2023. Le 30 juin, Damien Abad avait confirmé dans un communiqué l'ouverture de cette information judiciaire, expliquant qu'il contestait "fermement" des "accusations ignobles".

Damien Abad, député de l'Ain, est accusé de violences sexuelles par trois femmes, c'est dans une affaire concernant l'une de ces accusatrices, qu'il a été mis en examen. Il a par ailleurs été placé sous le statut de témoin assisté des chefs de viols au préjudice des deux autres femmes en 2010 et 2011.

Convocation devant le bureau du groupe Renaissance

L'ancien chef des députés LR avait été nommé en mai 2022 ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées dans le gouvernement d'Elisabeth Borne. Dès le lendemain de sa nomination, Mediapart relayait des accusations de viol à son encontre. Il avait quitté l'exécutif début juillet 2022 à l'occasion du remaniement.

Ancien chef des députés LR, Damien Abad était une prise du président Emmanuel Macron à droite. Après son passage éphémère au gouvernement, il avait retrouvé son siège de député de l'Ain à l'Assemblée nationale.

Le groupe Renaissance auquel il appartient indique à franceinfo que "suite à son audition par la justice ce jour, Damien Abad se présentera devant le bureau du groupe mardi matin", ajoutant que "la présomption d’innocence s’applique à lui comme à chaque citoyen français."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.