L'avocat de Denis Baupin dément qu'il soit l'auteur de SMS "agressifs, sexuels, explicites"

L'avocat du député Denis Baupin répond aux accusations d'harcèlement et d'agressions sexuelles portées contre son client dans une tribune publiée sur le site du Huffington Post. Sur les quatre femmes qui ont raconté avoir reçu des SMS à caractère pornographique, trois ont porté plainte. Une enquête préliminaire a été ouverte. "Cette affaire ne repose pas seulement sur des SMS" a réagi Mediapart.

(Me Emmanuel Pierrat, l'avocat de Denis Baupin, est "le seul à les avoir lus" ces SMS © NIVIERE/SIPA)

"Les SMS soi-disant envoyés par mon client ne le sont pas ", a estimé sur France Info Me Emmanuel Pierrat. L'avocat a dit vouloir "remettre le téléphone à la police " et, selon lui, les policiers se rendront compte que "le caractère sexuel d'un certain nombre de jeux érotiques développés dans ces messages ne le sont pas sous la plume de mon client mais sous celle, par exemple, d'une des accusatrices" .

Ces femmes disent que "les SMS auraient été agressifs, sexuels, explicites et à de nombreuses reprises. La difficulté c'est que moi j'ai les SMS et que je suis le seul à les avoir lus et j'en suis convaincu ", a poursuivi Me Emmanuel Pierrat qui a publié une tribune mardi dans le Huffington Post.

 

"Le caractère sexuel d'un certain nombre de jeux érotiques développés dans ces messages ne le sont pas sous la plume de mon client mais sous celle, par exemple, d'une des accusatrices" (Emmanuel Pierrat)
--'--
--'--
 

Par ailleurs, l'avocat de Denis Baupin a déposé quatre plaintes pour diffamation contre Mediapart et France Inter, les deux médias qui ont publié ces témoignages.

A LIRE AUSSI ►►► Affaire Baupin : cinq nouveaux témoignages de harcèlement sexuel

"Cette affaire ne repose pas seulement sur des SMS"

"Cette affaire ne repose pas seulement sur des SMS " a réagi François Bonnet, rédacteur en chef de Mediapart, mercredi sur France Info. "Treize femmes ont témoigné devant les enquêteurs de police. Parmi elles, cinq font état d'agressions sexuelles. On est bien loin des SMS. Il y a toute une série de témoignages détaillés de ces femmes, mais aussi de leurs amis, de leurs proches, de leurs collaborateurs qui font état de ces faits."

"L'accumulation de petits mensonges et de faits tronqués ne fait pas une vérité" (François Bonnet - Mediapart)
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►► Affaire Denis Baupin : les SMS "ne sont qu'un élément marginal d'un ensemble de faits" (F. Bonnet, Mediapart)