Cet article date de plus de dix ans.

Convoqué au commissariat de Menton, l'ex-trader Jérôme Kerviel ira-t-il en prison ?

L'ancien trader de la Société générale a jusqu'au dimanche 18 mai pour se présenter à la police, annonce son comité de soutien.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
L'ancien trader de la Société générale est convoqué au commissariat de Menton (Alpes-Maritimes, dimanche 18 mai au plus tard. (GABRIEL BOUYS / AFP)

Jérôme Kerviel est convoqué au commissariat de Menton (Alpes-Maritimes) dimanche au plus tard, annonce son comité de soutien, jeudi 15 mai. L'ancien trader de la Société générale a été condamné définitivement à cinq ans d'emprisonnement, dont trois ferme, en mars dernier. Sa marche entre Rome et Paris, entamée en février dernier, pourrait donc finir derrière les barreaux.  

Quel avenir pour Jérôme Kerviel ?

Si la Cour de cassation a cassé la condamnation à 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts, elle a en revanche rendu définitive en mars la peine de prison de Jérôme Kerviel. L'ancien trader a été condamné pour "abus de confiance", "introduction frauduleuse de données" et pour "faux et usage de faux". Jérôme Kerviel risque donc d'être incarcéré après s'être rendu au commissariat de Menton.

Faute de présentation, "il sera requis directement l'assistance de la force publique à l'effet d'exécuter la peine prononcée à son encontre", a précisé le comité de soutien de l'ancien trader dans un communiqué, reprenant les termes du parquet général.

Mais selon 20 Minutes, son avocat, David Koubbi, a toujours estimé qu'il serait anormal pour son client d'être incarcéré alors même qu'il doit être entendu en tant que partie civile dans une autre affaire l'opposant à la Société générale, après avoir déposé deux plaintes contre son ancienne banque.

Quelles sont les réactions ?

"La justice avait la possibilité d'agir différemment", a regretté le comité de soutien de Kerviel, soulignant que "le parquet disposait de cinq ans pour faire exécuter la peine", en vertu de l'article 133-3 du Code pénal. Il estime qu'au regard des "dysfonctionnements judiciaires" dans cette affaire, le parquet aurait pu prendre une autre décision. Par ailleurs, le comité accuse implicitement la banque de faire pression sur les autorités  :"Pour la Société générale, l'image de Jérôme Kerviel incarcéré est primordiale alors même qu'elle est visée par trois plaintes."

Jérôme Kerviel peut également compter sur le soutien des autorités religieuses. L'ancien trader doit être accueilli en France par Jean-Michel Di Falco, l'évêque de Gap et d'Embrun. Ce dernier a adressé une lettre au président François Hollande, afin que Jérôme Kerviel ne soit pas incarcéré dans l'immédiat. Il y écrit : "Je me fais l'écho de nombre de nos compatriotes qui partagent avec moi le souhait de ne pas le voir incarcéré tant que la vérité ne sera pas faite quant aux responsabilités réelles encourues par la banque."

Pourquoi Jérôme Kerviel est-il en train de marcher ?

Jérôme Kerviel n'était pas présent devant la Cour de cassation lors de sa condamnation définitive. Et pour cause, il a entamé une marche sur les routes d'Italie en février, après une rencontre avec le pape François, le 19 février. "Déçu" par la justice des hommes, il a décidé de se tourner vers la justice divine, comme il l'écrivait dans une lettre adressée au chef de l'Eglise catholique.

Jérôme Kerviel a décidé de marcher entre Rome et Paris d'abord pour relayer la parole du pape et sensibiliser l'opinion contre la tyrannie des marchés. Mais pour l'ancien employé de la Société générale, c'est aussi un moyen de "reprendre le contrôle de [sa] vie", selon ses confidences à L'Express. Dans une interview à 20 Minutes en septembre, il expliquait : "Je suis dans le couloir de la mort sociale."

Jérôme Kerviel a déjà annoncé sur sa page Facebook qu'il franchira la frontière entre l'Italie et la France, samedi à 15 heures. Il a invité ses soutiens à venir enjamber la frontière avec lui, au niveau de Vintimille, une ville italienne proche de Menton. Mais Jérôme Kerviel ne pourra sans doute pas profiter longtemps de ces retrouvailles, puisqu'il est attendu le lendemain au commissariat de Menton. C'est à ce moment que Jérôme Kerviel indiquera s'il entend se rendre ou non à cette convocation, d'après David Koubbi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.