L'ancien président tchadien en garde à vue

Réfugié au Sénégal depuis 1990, l'ancien président tchadien Hissène Habré a été arrêté et mis en garde à vue, ce dimanche. Il est accusé de crimes contre l'humanité, crimes de guerre et torture.

(Reuters)

Ouverte depuis plusieurs mois, l'enquête sur l'ex-président du Tchad aboutit aujourd'hui.

"On a demandé son arrestation dans le cadre de
l'instruction et le dossier sera soumis aux juges d'instruction pour un réquisitoire"
(Procureur des chambres spéciales)

Le procureur des chambres extraordinaires africaines, s'était
récemment déplacé en Belgique et au Tchad pour préparer le dossier d'accusation
contre l'ex-président tchadien.

Arrêté à son domicile de Dakar, Hissène Habré devra être
jugé par un tribunal spécial. Cet ancien dictateur est accusé pour des faits de
crimes de guerre, crimes contre l'humanité et torture commis entre le 7 juin
1982 et le 1er décembre 1990. Il est réfugié au Sénégal depuis sa chute du
pouvoir en 1990, à N'Djamena. Certaines ONG parlent de 40.000 personnes tuées
sous son régime.

Un long combat

En 2005, après quatre années d'enquête, un juge belge avait pu inculper Hissène Habré et la Belgique avait demandé à Dakar son extradition. En décembre 2012, un tribunal
spécial était mis en place à Dakar pour juger cette affaire. Un accord entre N'Djamena et Dakar permettant aux juges de ce tribunal spécial de mener des
enquêtes au Tchad a été signé en mai dernier. 23 ans après l'arrivée de l'ancien président tchadien sur ses terres et sept ans après avoir été mandaté par l'Union africaine pour organiser le jugement, le Sénégal peut enfin juger Hissène Habré. 

Un procès international

Le président américain Barack Obama, actuellement en tournée
dans toute l'Afrique, a félicité le Sénégal pour ses "efforts " d'organisation
en vue du procès de l'ex-président tchadien.

"Le leadership du Sénégal [...] a entrepris ces efforts pour que
justice soit faite" (Ben Rhodes, conseiller de Barack Obama)

Le conseiller américain adjoint à la sécurité nationale Ben
Rhodes précise que ce sujet a été abordé entre Barack
Obama et son homologue sénégalais Macky Sall lors de leur entretien, jeudi dernier. Il transmet également la volonté
des Etats-Unis de participer financièrement à "cet effort " du
Sénégal.

"Le soutien apporté par le président Barack Obama [...]
illustre l'importance de cette affaire pour la justice en Afrique."
(Organisation de défense des droites de l'Homme)

Très investie dans ce dossier, l'organisation de défense des droits de l'Homme se réjouit du placement en garde à vue de Hissène Habré. 

Soulagement pour les victimes

Reed Brody, membre de l'organisation de défense des droits de l'Homme, estime que "le  placement en garde à vue de Hissène Habré est une étape majeure de la longue campagne pour le traduire en justice".

"Après 22 ans, les victimes de Habré peuvent enfin entrevoir la lumière au bout du tunnel" (Reed Brody)

Clément  Abaïfouta, président de l'Association des victimes des crimes du régime de Hissène Habré juge indispensable le procès de l'ancien gourverneur tchadien :"Nous allons enfin pouvoir confronter notre bourreau et recouvrer notre dignité en tant qu'êtres humains" .