Cet article date de plus de sept ans.

Kerviel réclame une expertise, l'avocat général prône le rejet

La défense de l'ex-trader a plaidé jeudi devant la cour d'appel de Versailles que soit ordonnée une nouvelle expertise des pertes subies par la Société Générale, début 2008. L'avocat général s'est positionné contre cette demande.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Kerviel demande une nouvelle expertise des pertes subies par la Société Générale début 2008 © Maxppp)

Le combat de Jérôme Kerviel contre la Société Générale n'est pas terminé. La défense de l'ex-trader a plaidé jeudi devant la cour d'appel de Versailles que soit ordonnée une nouvelle expertise des pertes subies par la Société Générale début 2008. "La seule manière de terminer ce dossier, c'est d'ouvrir et de le mettre à plat, comme cela aurait dû être fait il y a sept ans ", a estimé David Koubbi, l'avocat de l'ex-trader.

 Pour Jérôme Kerviel et ses conseils, les 4,9 milliards d'euros de perte affichés par la banque comme découlant des positions prises par l'ancien salarié de la banque sont appuyées sur des assertions de la Société Générale qui n'ont jamais été vérifiées. Même chose pour les enquêtes menées par les commissaires aux comptes, la Commission bancaire (aujourd'hui l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) et l'Inspection générale des finances.

"Je pense que le combat est absolument loin d'être terminé" indique maître David Koubbi, l'avocat de Jérôme Kerviel
écouter

L'avocat général demande le rejet de l'expertise

Mais cette demande de nouvelle expertise n'est pas du goût de l'avocat général : "Gardez-vous bien de prononcer cette expertise qui allongera (le délai de la procédure) et alourdira, pour ne pas dire enlisera, les débats par toutes sortes de questions inutiles et hors sujet ", a-t-il exhorté, sous-entendant que cela relevait de la diversion.

La décision a été mise en délibéré au 14 janvier 2015.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.