Jihadisme : ouverture du procès de la filière de Strasbourg

À partir de ce lundi 30 mai, sept jeunes âgés entre 24 et 27 ans comparaissent devant le tribunal de Paris pour association de malfaiteurs en relation avec un groupe terroriste.

France 3

Ils sont tous originaires de Strasbourg (Bas-Rhin) ou de sa région : les sept prévenus sont interpellés en mai 2014 alors qu'ils viennent de rentrer d'un séjour de deux mois en Syrie. Quelques mois plus tôt, ils étaient dix à tout quitter pour rejoindre les rangs du groupe État islamique. Parmi eux, les frères Mohamed-Aggad. Foued, le plus jeune, reste en Syrie et ne reviendra en France qu'en novembre dernier pour se faire exploser au Bataclan.

Entrainement en Syrie

La présence de son frère aîné aujourd'hui dans le box fera planer sur ce procès l'ombre du kamikaze, c'est ce que redoute l'avocat de la défense. "Il ne faut pas leur reprocher à eux des choses que d'autres ont pu faire", objecte Me Éric Lefebvre.

Dans un camp d'entraînement près d'Alep (Syrie), les prévenus vont apprendre le maniement des armes et se préparer physiquement à la guerre, avant de s'enfuir. L'audience s'ouvre ce lundi 30 mai devant le tribunal de Paris, pour association de malfaiteurs en relation avec un groupe terroriste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le quartier général du groupe Etat islamique à Alep (Syrie) pris par des brigades de l\'Armée syrienne libre, le 8 janvier 2014.
Le quartier général du groupe Etat islamique à Alep (Syrie) pris par des brigades de l'Armée syrienne libre, le 8 janvier 2014. (MOHAMMED WESAM / ALEPPO MEDIA CENTRE)