Jihad sur un tee-shirt : prison avec sursis, et amendes

La mère et l'oncle du petit Jihad, trois ans, avaient été relaxés en première instance. Ils avaient envoyé l'enfant à l'école avec un t-shirt au goût douteux : "Je suis une bombe", inscrit au recto, "Jihad, né le 11 septembre" au verso. La cour d'appel de Nîmes a eu la main lourde : un mois de prison avec sursis pour la mère et 2.000 euros d'amende, deux mois avec sursis pour l'oncle et 4.000 euros d'amende.

(Maxppp)

La plaisanterie leur aura coûté très cher : un mois de prison avec sursis pour la mère et 2.000 euros d'amende, deux mois avec sursis pour l'oncle et 4.000 euros d'amende - c'est lui qui avait offert le t-shirt. Ainsi que 1.000 euros de dommages et intérêts pour la mairie de Sorges, et 1.000 euros au titre des frais de justice. La cour d'appel de Nîmes est allée bien au-delà de ce que le parquet avait réclamé - 1.000 euros d'amende pour la mère, 3.000 euros pour l'oncle.

Le 10 avril dernier, le tribunal d'Avignon les avait relaxés. Mais le parquet avait fait appel. Le second procès s'était tenu début juillet.

Tous deux étaient donc poursuivis pour "apologie de crime". Leur crime ? Avoir envoyé à l'école de Sorgues le petit Jihad, trois ans, habillé d'un t-shirt douteux. Côté recto, "Je suis une bombe" , côté verso, "Jihad, né le 11 septembre".

L'avocat de la défense parle d'une décision "sévère, surprenante et étonnante". Et envisage de se pourvoir en cassation.