Cet article date de plus de dix ans.

Jean-Pierre Kucheida et sa fille renvoyés en correctionnelle en novembre

Dans l'affaire de soupçons d'abus de biens sociaux impliquant le maire de Liévin (Nord) Jean-Pierre Kucheida, des perquisitions ont eu lieu mercredi chez sa fille, à la mairie et à la Soginorpa, le bailleur social qui serait concerné. Après une journée de garde à vue, père et fille ont été renvoyés en correctionnelle pour abus de biens sociaux. Jean-Pierre Kucheida évoque des calomnies.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (sami belloumi Maxppp)

A l'issue d'une journée de garde à vue, et après avoir été déférés devant le parquet, le maire de Liévin (Nord) Jean-Pierre Kucheida et sa fille ont été remis en liberté et convoqués en correctionnel le 13 novembre prochain. Ils devront répondre aux questions de la justice dans une affaire d'abus de
biens sociaux présumés
.

Lors de leur garde à vue, Jean-Pierre Kucheida ont gardé le silence et "refusé de répondre aux nombreuses questions des policiers", a expliqué Eric Vaillant, le procureur de la République de Douai. Selon l'avocat du maire de Liévin, son client a gardé le silence "parqu'il y a une violation manifeste du secret de l'enquête qui se retrouve étalé dans la presse". Maître Franck Berton a annoncé qu'il allait déposé plainte pour "violation du secret de l'enquête". 

Par ailleurs, la défence de Jean-Pierre Kucheida a expliqué qu'elle demanderait lors de l'audience du 13 novembre "qu'un juge d'instruction soir désigné, qu'une réelle enquête soit menée par ce juge d'instruction."

Plus de 47.000 euros de dépenses

Selon une source judiciaire, des perquisitions ont eu
lieu dans la journée à plusieurs endroits : à la mairie de Liévin, au siège de la
Soginorpa (un organisme de bailleur social qu'a présidé Jean-Pierre Kucheida),
au domicile de sa fille.

L'enquête porte sur un
présumé détournement d'argent de 47.000 euros. L'ex-député socialiste aurait
utilisé la carte bleue de la Soginorpa à des fins personnelles. Le procureur de la république a également mentionné l'utilisation d'une carte d'essence d'un véhicule de fonction de la Soginorpa pour un usage professionnel sans lien avec cette société et le paiement présumé d'une somme de 12.000 euros de la Soginorpa à sa fille par l'intermédiaire d'une association.

"Des calomnies"  et "des cochonneries"

À l'issue de sa garde à vue, Jean-Pierre Kucheida a expliqué n'avoir "pas à prouver quoi que ce soit" parlant de dépenses de "carte bleues justifiées" . Jean-Pierre Kucheida a évoqué "des faits mineurs qui ne posent aucun problème à mon honneur. Je n'ai strictement rien à me reprocher" . Il a également dénoncé "des cochonneries" , des "calomnies" qui l'ont "déshonoré et sali".

La fille du maire est quant
elle soupçonnée de "recel d'abus de biens sociaux". Elle aurait
accepté des versements en milliers d'euros de la société Soginorpa, qui n'auraient
aucun rapport avec l'activité de l'organisme.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.