Cet article date de plus de cinq ans.

Isère : 5 ans de prison avec sursis pour la femme battue qui a tué son mari

L'avocat général avait requis huit ans de réclusion criminelle à l'encontre de Bernadette Dimet, jugée devant les assises de l'Isère pour le meurtre de son mari violent. Elle sort libre de son procès.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le procès de Bernadette Dimier, devant les assises de l'Isère. © MaxPPP)

Bernadette Dimet est soupçonnée d'avoir tué son époux d'un coup de fusil, en janvier 2012. La sexagenaire a affirmé devant la Cour qu'elle avait voulu se suicider et que le coup était "parti tout seul". Elle a été condamnée pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, les jurés n'ayant pas retenu la préméditation.

Les sœurs de Bernadette Dimet décrivent un mari "violent", des "menaces de mort". L'homme a été accusé du viol de l'une d'entre elles, avant que les sœurs ne retirent leur plainte.

L'avocat général avait requis huit ans de réclusion criminelle.

Dimanche dernier, François Hollande a accordé une "remise gracieuse" de peine à Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de réclusion pour avoir tué son mari qui la martyrisait depuis 47 ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.