Henri Proglio répond aux accusations de "trafic d’influence"

Alors qu’il fait l’objet d’une enquête préliminaire pour "trafic d’influence", Henri Proglio se défend ce lundi. Dans un entretien accordé au Monde, le PDG d’EDF affirme avoir remboursé les 60.000 euros versés à sa femme par une association proche de son entreprise.

(Henri Proglio est à la tête d'EDF depuis 2009 © Reuters-Benoit Tessier)

Il veut clarifier les choses. Henri Proglio, soupçonné de "trafic d’influence" a accordé ce lundi une interview au journal Le Monde . Le patron d’EDF et sa femme, Rachida Khalil, sont actuellement visés par une enquête car cette dernière aurait touché de l’argent pour financer ses spectacles. Henri Proglio se défend : "J'apprends l'ouverture d'une enquête par la presse. Concernant EDF, je n'ai à aucun moment fait pression, ni sur l'entreprise, ni sur aucun fournisseur ou prestataire, pour faire financer les spectacles de ma femme ".

A LIRE ►►► Le couple Proglio visé par une enquête pour "trafic d’influence"

La comédienne et humoriste Rachida Khalil aurait, selon son mari, une comptabilité "un peu artistique ". Elle n’avait déclaré, toujours selon Henri Proglio, "aucun revenu pour 2011 ". Le fisc s’en est mêlé et "a rétabli des revenus chiffrés à 181.122 euros  ", c’est donc "dix fois moins que les 1,8 million d'euros qui ont été cités " par Le Point , a-t-il fait valoir, ajoutant que "quant aux ‘100.000 euros en liquide’ qu'elle aurait touchés, c'est farfelu ".

"J’ai remboursé rubis sur l’ongle" (Henri Proglio)

Reste ce soupçon de versement de fonds pour un spectacle de Rachida Khalil en septembre 2012. Henri Proglio affirme qu’EDF n’a jamais financé de spectacle. En revanche, l’association Electra, financièrement soutenue par EDF a versé 60.000 euros. "Dès que j'ai vu cela, j'ai pris mon chéquier et remboursé rubis sur l'ongle ", a-t-il assuré. En juillet 2013, interrogé sur des premières informations concernant un versement de 20.000 euros sur un compte de Rachida Khalil par une entreprise de conseil ayant travaillé pour EDF, Henri Proglio avait dénoncé "une manipulation ".