Handball : pas de sanction contre Karabatic dans l'affaires des paris truqués

Faute de preuves, la Fédération française de handball a décidé d'annuler la suspension de six matchs prononcée contre l'ex-joueur de Montpellier.

Le joueur de handball Nikola Karabatic, le 2 février 2013 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).
Le joueur de handball Nikola Karabatic, le 2 février 2013 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). (BORIS HORVAT / AFP)

Nikola Karabatic, Dragan Gajic et Issam Tej pourront bientôt fouler les parquets. Le jury d'appel de la Fédération française de handball (FFHB) a annulé la suspension de six matchs, vendredi 29 mars, prononcée en première instance contre les trois joueurs de handball. Le jury d'appel "a considéré souverainement qu'un doute subsistait quant à la matérialité des fautes reprochées aux intéressés" dans l'affaire des soupçons de paris truqués. Les trois joueurs ont tous nié avoir misé de l'argent sur le match du 12 mai 2012, qui opposait Cesson-Sévigné à Montpellier. Ils ont été relaxés.

Quatre autres joueurs avaient reconnu avoir parié : Mladen Bojinovic, Samuel Honrubia, Luka Karabatic et Primoz Prost. Une sanction de six matchs a bien été confirmée par le jury d'appel, mais assortie de deux matchs avec sursis. "Le jury d'appel a retenu la notion de première faute prévue par le règlement et décidé que la sanction adaptée consistait à assortir du sursis 2 des 6 dates de suspension", précise la FFHB. Aucun d'entre eux n'avait jusqu'ici purgé de match de suspension, car l'appel était suspensif.

Les sept joueurs, tous membres de l'équipe de Montpellier au moment des faits, ont été mis en examen pour escroquerie aux dépens de la Française des Jeux. Ils sont soupçonnés d'avoir parié quelque 88 000 euros sur le score à la mi-temps du match Cesson-Montpellier, perdu (31-28) par les Héraultais, déjà assurés du titre. Un expert a été nommé pour analyser le comportement des joueurs de Montpellier pendant cette rencontre.