Cet article date de plus de neuf ans.

Fin de cavale pour le braqueur récidiviste Redoine Faïd

Considéré comme "particulièrement dangereux", Redoine Faïd a été arrêté à 3h ce mercredi dans un hôtel de Seine-et-Marne. Il s'était évadé le 13 avril dernier de la maison d'arrêt de Séquedin. Le directeur central de la police judiciaire, invité de France Info, a indiqué que le complice également arrêté avec lui n'était pas connu comme un proche du fugitif. La nouvelle est particulièrement bien accueillie par les syndicats de police.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Détenu à la maison d'arrêt de Séquedin après une tentative d'attaque à main armée qui avait coûté la vie à une policière municipale en mai 2010, Redoine Faïd s'était évadé de façon particulièrement spectaculaire en faisant sauter une partie du sas de la prison. Il avait aussi pris quatre surveillants en otages.

Selon le communiqué du ministère de l'Intérieur, Redoine Faïd résidait depuis plusieurs jours dans l'hôtel de Pontault-Combault où il a été arrêté. Il était en compagnie d'un complice de cavale. Il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international. Plusieurs armes ont été saisies, dont une arme de poing dans la chambre et une autre dans la voiture du fugitif. Selon des clients de l'hôtel, l'arrestation a fait "beaucoup de bruit ". "Une vingtaine de policiers " étaient présents, rapporte une employée de l'hôtel. 

Christian Lothion, directeur central de la Police judiciaire, assure que Redoine Faïd et son complice ont été repérés seulement ce mardi. "Nous ne l'avons pas filoché, nous l'avons simplement localisé hier, et quand nous avons eu la certitude qu'il était bien rentré à l'hôtel et qu'il était dans cette chambre, nous avons décidé de passer à l'action en pleine nuit ", a-t-il expliqué ce mercredi, invité de France Info. Son complice de cavale n'était "pas forcément l'une de ses relations connues par le passé ", ajoute-t-il. 

"Des moyens conséquents" utilisés pour cette arrestation

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur assure que "les enquêteurs de la police judiciaire étaient nombreux ", et que "compte tenu du profil de ce malfaiteur, il était impossible de prendre le moindre risque c'est pour cela que des moyens conséquents avaient été mis sur cette arrestation." Les brigades de
recherche et d'intervention
de Lille et de Versailles ont notamment été mobilisées.

Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur a félicité "chaleureusement les
enquêteurs de la direction centrale de la police judiciaire pour l'enquête minutieuse et efficace qu'ils ont bouclée en moins de six semaines, sous la direction de l'autorité judiciaire
" . "A l'évidence, il a beaucoup circulé pendant six semaines " a-t-il ajouté.

Interrogé mercredi matin sur France Info, l'avocat de Redoine Faïd Jean-Louis Pelletier affirme qu'il n'a pas encore eu de contact avec son client. "Je dois le voir dans la journée, en principe ", précise-t-il. "La cavale, c'est quelque chose de difficile, il y a des contacts qu'il faut garder et des risques qui sont pris. Mais je n'ai pas d'états d'âme. Il est arrêté, il est arrêté. Moi je suis là pour le défendre, je n'ai pas d'avis personnel ", a-t-il déclaré.

Une bonne nouvelle, pour les syndicats

Les syndicats pénitentiaires se disent ravis de cette arrestation, qualifiée de "soulagement ". Le Syndicat national de la police municipale (SNPM-FO) a lui aussi accueilli cette arrestation comme une excellente nouvelle. Mais tous demandent des moyens supplémentaires pour que de telles évasions ne puissent plus avoir lieu. "Cette arrestation va peut-être permettre d'obtenir des réponses aux interrogations sur la manière dont des armes et des explosifs ont été introduits dans notre établissement ", a déclaré Frédéric Bogaert, délégué FO de la prison de Sequedin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.