Cet article date de plus de cinq ans.

Enseignante braquée avec une arme factice à Créteil : trois autres adolescents ont été interpellés

L'un des deux adolescents est celui qui avait enregistré et diffusé sur les réseaux sociaux la vidéo. Il a été présenté à un juge. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un élève du lycée Edouard-Branly de Créteil (Val-de-Marne) pointe une arme factice sur une professeure, le 18 octobre 2018.  (SNAPCHAT)

Les images de cette enseignante braquée avec une arme factice dans sa classe avaient suscité une vague d'indignation. Trois adolescents du lycée Edouard-Branly à Créteil (Val-de Marne) ont été interpellés dans le cadre de l'enquête sur cette affaire, a indiqué le parquet, jeudi 1er février. Deux d'entre eux ont été présentés à un juge des enfants. 

L'un des deux adolescents est celui qui avait enregistré et diffusé sur les réseaux sociaux la vidéo. Agé de 17ans, il a été interpellé à son domicile mardi puis présenté à un juge au tribunal de Créteil mercredi, avant d'être remis en liberté. Le deuxième adolescent, également déféré, est lui poursuivi pour avoir rediffusé la vidéo. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire avec l'obligation d'un suivi éducatif. 

Un autre mineur, soupçonné d'avoir interpellé l'enseignante pour qu'elle note "présent" l'élève qui l'avait braquée, a été interpellé mardi. Il a été remis en liberté à l'issue de sa garde à vue.

L'élève qui a braqué la professeure mis en examen

De son côté, l'élève qui avait braqué sa professeure a été mis en examen le 21 octobre pour "violences aggravées" et remis en liberté avec des mesures de contraintes provisoires. Il a interdiction d'entrer en contact avec l'enseignante, ne peut plus séjourner dans le Val-de-Marne mais doit poursuivre sa scolarité. Une mesure d'évaluation éducative a été ordonnée. Un autre adolescent de 16 ans, suspecté d'avoir introduit l'arme factice dans l'établissement, avait lui aussi été arrêté puis remis en liberté sans poursuites.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.