Cet article date de plus de sept ans.

En garde à vue, l’agresseur de Nice évoque sa haine des militaires et des juifs

L’homme qui a agressé mardi trois militaires à Nice devant un centre communautaire juif, a commencé mercredi à parler sporadiquement durant sa garde à vue, exprimant sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
  (L'homme avait blessé mardi à l'arme blanche deux militaires en faction devant un centre communautaire de Nice © Maxppp)

 Sporadiquement, l’agresseur des trois militaires à Nice a commencé à s’exprimer. En évoquant devant les enquêteurs sa "haine" des militaires, de la France et des juifs. Répondant à une question sur dix après avoir longtemps gardé le silence, le trentenaire a aussi déclaré qu'à ses yeux les musulmans étaient persécutés dans le monde. Il doit être transféré jeudi après-midi à Paris pour la suite de sa garde à vue.

L'homme n'a pas révélé mercredi s'il savait que les militaires agressés étaient en faction devant un centre communautaire abritant discrètement dans une cour en retrait de la rue, le Consistoire israélite de Nice, Radio Shalom et une association juive, malgré ses déclarations visant notamment les militaires et les juifs.

Il doit être transféré jeudi après-midi à Paris pour la suite de sa garde à vue, qui peut durer 96 heures dans le cadre de l'enquête ouverte pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.