Cet article date de plus de sept ans.

Ecoutes de Sarkozy : Copé demande la démission de Taubira

L'UMP accuse Christiane Taubira d'avoir menti quand elle a affirmé lundi soir qu'elle avait appris les écoutes en lisant Le Monde. Le procureur général de Paris, François Falletti, a lui confirmé avoir informé la Chancellerie le 26 février. Jean-François Copé estime que "dans ce contexte il n'est pas possible qu'elle reste en fonction, sa démission face à ce mensonge est inéluctable." 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Philippe Wojazer Reuters)

Selon Le Canard enchaîné en vente ce mercredi, le parquet général a transmis le 26 février une synthèse des écoutes à la ministre de la Justice. Et mardi soir, Jean-Marc Ayrault a admis que lui et la garde des Sceaux avaient été informés de l'ouverture d'une nouvelle information judiciaire, et donc, du placement sur écoutes de l'ancien président et de son avocat Me Thierry Herzog le 26 février. Sur TF1 lundi soir, Christiane Taubira avait pourtant affirmé qu'elle avait appris l'affaire en lisant Le Monde vendredi dernier.

Déchaînement de l'opposition qui l'accuse la garde des Sceaux d'avoir menti.

"Si ce qu'écrit le Canard est vrai, cela signifie que c'est le deuxième membre du gouvernement qui, les yeux dans les yeux, ment aux Français " dénonce Brice Hortefeux, l'ancien ministre de l'UMP et proche de Nicolas Sarkozy sur Canal +.

"Trop c'est trop.
Cette affaire est désormais d'une gravité exceptionnelle : c'est
l'Etat de droit qui est en cause" a dit Jean-François Copé, qui demande au chef de l'Etat "de s'expliquer devant les
Français sur cette affaire d'Etat qui s'apparente à un véritable espionnage
politique".

A LIRE AUSSI ►►►François Hollande rattrapé par les écoutes

Alain Vidalies défend la ministre de la Justice : "Ça change quoi?"

Alain Vidalies, le ministre des Relations
avec le Parlement a pris la défense de Christiane Taubira en dénonçant "une des plus belles
opérations d'enfumage politique et médiatique
" : "C'est quand même assez extraordinaire. Qu'on arrive à poser la question de savoir s'il est aujourd'hui déterminant de savoir si (le Garde des Sceaux a eu connaissance des écoutes) entre le 26 février et le 7 mars, date de publication dans Le Monde, ça change quoi? Ceux qui exploitent disent qu'elle savait qu'il était écouté depuis un an. Pas du tout!" ,

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.