Cet article date de plus de deux ans.

Disparition d'une étudiante japonaise à Besançon : le procureur demande une commission rogatoire internationale

Narumi Kurosaki a disparu en décembre 2016 à Besançon. Son ex-petit ami, un Chilien de 26 ans est soupçonné de l'avoir enlevée et tuée.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le procureur de Besançon Etienne Manteaux demande une commission rogatoire internationale dans l'affaire de la disparition de Narumi Kurosaki. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Le procureur de Besançon a annoncé lundi 19 novembre qu'il allait demander une commission rogatoire internationale "dans les semaines à venir" pour pouvoir interroger le principal suspect dans l'affaire de la disparition d'une étudiante japonaise, début décembre 2016 à Besançon, rapporte France Bleu Besançon.

Narumi est "décédée", d'après la justice française

Son ex-petit ami, un Chilien de 26 ans, Nicolas Zepeda Contreras est soupçonné par la justice française d'avoir enlevé et tué Narumi Kurosaki. "Nous sommes persuadés aujourd'hui que malheureusement, cette jeune femme est décédée", a déclaré le procureur de Besançon, Etienne Manteaux, au cours d'une conférence de presse lundi. Le corps de la jeune femme de 21 ans n'a jamais été retrouvé. Les policiers français ont arrêté leurs investigations à la fin du mois d'octobre. 

Dans l'attente d'un accord du Chili

Cette commission rogatoire internationale permettrait au magistrat chargé du dossier de se rendre au Chili pour assister à l'interrogatoire du principal suspect. Il faut, pour cela, que les autorités chiliennes donnent leur accord. En juin dernier, la justice chilienne a classé le dossier et levé les mesures préventives à l'encontre du suspect, faute d'une demande d'extradition de la France.

En dernier recours, le procureur de Besançon évoque la piste d'un procès devant une Cour d'assises en France. Un procès qui se déroulerait en l'absence du principal suspect.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.