Dieudonné condamné à 10 000 euros d'amende pour des propos racistes

L'humoriste controversé a été jugé jeudi pour des termes antisémites employés lors d'un spectacle à domicile, en juin 2017. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dieudonné lors de son procès, le 22 juin 2020 à Chartres (Eure-et-Loir).  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

L'humoriste controversé Dieudonné a été condamné, jeudi 10 septembre, à 10 000 euros d'amende pour avoir tenu des propos racistes en juin 2017 dans le cadre de son spectacle le "Bal des quenelles", a indiqué le parquet de Chartres.

Suivant les réquisitions du parquet, le tribunal a estimé que le terme "gag des pyjamas de Cracovie", en référence à la tenue portée par les déportés juifs à Auschwitz durant la Seconde Guerre mondiale et employé le 17 juin 2017 lors d'un spectacle joué à son domicile d'Eure-et-Loir, était "injurieux à l'égard des juifs victimes de l'Holocauste". Le tribunal a également condamné le polémiste à verser 8 000 euros à chacune des deux associations qui s'étaient constituées partie civile, l'association du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme et l'association Ben Gourion.

Banni des réseaux sociaux

Présent en début d'audience, le 22 juin dernier, le polémiste avait quitté le palais de justice une heure après son arrivée, prétextant qu'il devait "enregistrer une émission quotidienne". Dieudonné avait déclaré "insultant, voire obscène, de venir déranger un tribunal pour parler de sketchs" avant d'ajouter qu'il "aurait fallu convoquer le personnage". Son avocate, Isabelle Coutant-Peyre, avait estimé de son côté la procédure "inopportune", jugeant que le spectacle ne se déroulait pas dans un lieu public mais privé. Elle avait également contesté les propos incriminés.

Plusieurs plateformes en ligne ont banni Dieudonné de leurs utilisateurs depuis le début de l'été, au nom de la lutte contre les contenus à caractère haineux. YouTube (qui appartient à Google) a ouvert le bal fin juin en supprimant la chaîne du polémiste, en raison d'infractions répétées à son règlement, suivi par Facebook, Instagram et Tik-Tok

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.