Détournement de la quête : un curé de l’Eure au tribunal

Jugé pour avoir gardé sur ses comptes bancaires l’argent de la quête entre 2006 et 2008, un curé a comparu ce jeudi pour abus de confiance. Il sera fixé sur son sort le 23 octobre.

(Plus de 116.000 euros avaient été découverts sur les comptes du curé © MaxPPP)

Une soutane trouée mais plus de 116.000 euros sur ses onze comptes bancaires, le père Francis Michel a dû expliquer à la barre les contradictions entre l’image qu’il donne et sa richesse matérielle. L’audience s’est tenue jeudi au tribunal d’Evreux où une amende de 5.000 euros a été requise. 

Un habit élimé mais des comptes fournis

Entre 2006 et 2008, l’argent des paroissiens quêté à Thiberville dans l’Eure n’allait pas dans le coffre de l’évêché alors que les comptes bancaires du curé se remplissaient. A le voir, le père Francis Michel n’était pourtant pas un grand dépensier et pour cause ses 900 euros de revenus mensuel ne lui permettent guère de faire des écarts. Comment alors expliquer l’abondance de ses comptes bien fournis ? Ce sont des dons de sa famille et surtout de ses paroissiens a expliqué le curé. Neuf fidèles sont d’ailleurs venus dire à la barre que l’argent de la quête, "c’était bien pour l’abbé Michel qui donne aux pauvres et embellit l’église" .

Il n’empêche que le curé ne redonnait pas l’argent de la quête, des baptêmes, des mariages, et des enterrements à l’évêché d’Evreux comme il devrait le faire. L’examen de ses documents bancaires  a montré le dépôt de 21.000 euros en espèce et des dépenses étonnantes. Ainsi, des notes d’hôtels à Paris ont été relevées, également des dépenses en maroquinerie et même en piercing. Le père Michel aurait aussi versé 30.000 euros à un jeune déshérité qu’il hébergeait à la cure, pour payer un permis de conduire que le jeune homme n’a jamais passé.

Un chèque a même servi à acheter de la drogue 

"Je reconnais que je me suis fait rouler dans ma vie" a confessé le prévenu. "Une fois" , justifie-t-il, "un chèque a même servi à acheter de la drogue" .

Quand cette affaire a éclaté, le curé avait été contraint pas ses supérieurs de quitter Thiberville, malgré le soutien d’une grande partie de ses généreux fidèles. Il est aujourd’hui recteur dans une autre paroisse de l’Eure. Il connaîtra le jugement du tribunal correctionnel d'Evreux le 23 octobre prochain. 

Anne Bertrand de France Bleu Haute Normandie a suivi le procès du curé voleur à Evreux
--'--
--'--