Détournement de fonds publics : Jean-Noël Guérini relaxé

La justice soupçonnait Jean-David Ciot d'avoir bénéficié d'un licenciement de complaisance de la part du président du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini. Le parquet avait requis six mois de prison et un an d'inéligibilité à leur encontre. Le tribunal correctionnel les a relaxés.

(Jean-Noël Guérini était poursuivi pour un licenciement de complaisance © MaxPPP)

Une première affaire de classée. Jean-Noël Guérini, président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, a été relaxé ce lundi par le tribunal correctionnel de Marseille, où il comparaissait pour "détournement de fonds publics".

Il était soupçonné d'avoir arrangé, en 2011, le licenciement de Jean-David Ciot, membre de son cabinet, pour lui permettre de toucher des indemnités (65.000 euros) et de se présenter aux législatives - il est aujourd'hui député. Jean-David Ciot, poursuivi pour recel, a lui aussi été relaxé.

Le parquet avait dénoncé un "licenciement aberrant", et requis six mois de prison, et un an d'inéligibilité, à leur encontre. Le tribunal a estime que les délits n'étaient "pas caractérisés" .

Jean-Noël Guérini reste mis en examen dans deux autres affaires, des malversations présumées sur des marchés publics de la région marseillaise.

C'est une décision juste qui est conforme au droit, esrime l'avocat de Guérini, Me Dominique Mattéi
--'--
--'--