Des parties civiles veulent faire citer Hollande au procès d'un sénateur de Corrèze

Elles ont demandé au président de venir déposer au procès de René Teulade, lui rappelant sa promesse de candidat de "répondre à toute convocation".

François Hollande, le 1er mai 2013, au palais de l\'Elysée. 
François Hollande, le 1er mai 2013, au palais de l'Elysée.  (YOAN VALAT / AFP)

Va-t-on voir François Hollande à la barre d'un tribunal durant son quinquennat ? Des parties civiles veulent faire déposer le président de la République au procès en appel de René Teulade, dans l'affaire de la Mutuelle retraite de la fonction publique (MRFP). Le procès de l'ancien ministre PS doit s'ouvrir le 15 mai à Paris. En première instance, le sénateur-maire d'Argentat (Corrèze), 81 ans, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et 5 000 euros d'amende pour abus de confiance.

"Nous considérons qu'un président qui a dit, en tant que candidat, qu'il contribuerait activement à la manifestation de la vérité et qu'il répondrait à toute convocation, doit le faire dans cette affaire, concernant 450 000 fonctionnaires victimes d'un complément retraite qui les a spoliés", a expliqué Me Nicolas Lecoq-Vallon, un des avocats des parties civiles, qui ont envoyé à l'Elysée une invitation à déposer, confirmant des informations du Point

"Cela ne passera pas nécessairement par un témoignage"

Interrogée sur cette affaire, Najat Vallaud-Belkacem a entretenu le flou. Relevant que le président Hollande s'était "toujours engagé à contribuer, autant que faire se pouvait, à la manifestation de la vérité", la porte-parole du gouvernement a déclaré : "Est-ce que ça passera par un témoignage ? Pas nécessairement". Mais "aider les parties civiles à trouver la vérité, ça peut passer par d'autres moyens".

Les avocats des parties civiles, qui rappellent la promesse du candidat Hollande de réformer le statut pénal du chef de l'Etat, soulignent que l'élu avait, par le passé, été entendu dans cette affaire en tant que "trésorier d'une association qui avait bénéficié gratuitement de locaux de la MRPF, alors présidée par René Teulade". Dans leur "invitation" à déposer envoyée à l'Elysée, ils s'indignent qu'en octobre 2012, le chef de l'Etat ait rendu hommage à René Teulade lors du Congrès de la Mutualité française. 

Dans une autre affaire, l'ancien maire PS d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) Gérard Dalongeville, qui doit être jugé fin mai pour fausses factures présumées, veut également faire citer comme témoin François Hollande.