Cet article date de plus de sept ans.

De la prison ferme pour l'agresseur de la gare Saint-Lazare

L'agresseur d'un conducteur de train de la gare Saint-Lazare a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Paris à neuf mois de prison dont trois avec sursis. Mardi soir, il avait frappé le cheminot qui lui demandait d'éteindre sa cigarette. L'agression a généré mercredi un droit de retrait des agents de conduite et de fortes perturbations sur le trafic ferroviaire de la gare Saint-Lazare.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Le tribunal correctionnel de Paris a jugé jeudi, en comparution immédiate, l'agresseur d'un
agent de conduite de la gare Saint-Lazare. L'homme âgé de 24 ans a été condamné
à neuf mois de prison dont trois mois avec sursis pour violences, sans qu'un mandat de dépôt soit délivré.

Mardi soir, avant de
quitter la gare Saint-Lazare, un conducteur de train a demandé à un
passager d'éteindre sa cigarette. Malgré
plusieurs sollicitations, l'homme a refusé, puis brutalement agressé le
cheminot en lui donnant un violent coup de tête.

Le droit de retrait : le même effet qu'une grève pour les passagers

Par solidarité avec leur collègue agressé et pour réclamer davantage de sécurité, des conducteurs de train ont exercé le lendemain
leur droit de retrait
, à l'appel de la CGT et de Sud Rail. L'arrêt de travail
spontané a provoqué de fortes perturbations sur le trafic de la gare Saint-Lazare, à partir de la mi-journée mercredi. La circulation s'est normalisée en début de matinée
jeudi et les syndicats disent avoir
obtenu une meilleure surveillance des trains de fin de soirée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.