Cet article date de plus de trois ans.

Creuse : le salarié d'une caisse de retraite profère des insultes racistes dans un message vocal, une plainte déposée

"J'en peux plus de ces gens-là. De toute façon, elle pue. C'est du Daech creusois. Elle est voilée de la tête aux pieds", a dit le salarié de la Carsat dans un message vocal, alors qu'il croyait que le téléphone était raccroché.

Article rédigé par
avec France Bleu Creuse - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Dans le message vocal, le conseiller de la Carsat se vante de l'avoir "calmée" et profère des insultes racistes. (DYLAN MEIFFRET / MAXPPP)

Une retraitée domiciliée dans la Creuse a porté plainte après avoir reçu des insultes de la part d'un salarié de la Carsat, le représentant de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) en région, rapporte jeudi 23 août France Bleu Creuse. La Carsat a publié une lettre d'excuses publique.

Fatima Martin a reçu mercredi un appel d'un conseiller mais n'a pas décroché son téléphone. Celui-ci lui a alors laissé un message vocal dans lequel il lui explique que son dossier ne sera pas reçu. D'un ton assez sec, il lui explique que, si elle n'est pas contente, elle n'a qu'à saisir le tribunal des affaires sociales. Croyant (à tort) avoir raccroché, il a continué sur le même ton, et la suite de ses propos a donc été enregistrée sur la messagerie vocale de Fatima Martin. "T'as vu comme je l'ai calmée celle-là !", s'exclame le salarié à destination de ses collègues. Il poursuit : "J'en peux plus de ces gens-là. De toute façon, elle pue. C'est du Daech creusois. Elle est voilée de la tête aux pieds".

Je suis choquée des propos d'une personne qui travaille pour le service public, pour l'État. Ça fait rire ses collègues. Apparemment, c'était la cour de récréation dans le bureau. Il les a bien fait rire.

Fatima Martin, victime d'insultes racistes

à France Bleu Creuse

Sidérée par ces propos, Fatima Martin a porté plainte. Sa fille ne décolère pas : "Qu'on nous insulte comme cela, gratuitement, je trouve ça inadmissible", a réagi Fatiah Martin au micro de France Bleu Creuse, assurant qu'elle est "née en Creuse" et que ses parents "sont Creusois".

De son côté, la Carsat est très embarrassée. "Ces propos-là n'auraient jamais dû être tenus. Ce sont des propos individuels qui n'engagent évidemment pas la Carsat et qui sont inacceptables", a indiqué Jean-Christophe Crulli, le directeur adjoint de l'organisme pour le Limousin. "J'avoue que je ne comprends pas du tout."

La Carsat présente des excuses publiques

La Carsat Centre-Ouest a présenté publiquement ses excuses à Fatima Martin dans un communiqué. "La Direction fait part de sa totale désapprobation quant à ces propos (...) qui ne correspondent pas aux valeurs de service public que notre organisme défend", écrit l'organisme. "La Direction s'engage à ce que la lumière soit faite en interne sur les faits qui se sont produits et à prendre les mesures nécessaires pour prévenir tout nouvel agissement de ce type." La Carsat souhaite entendre le salarié, absent de son poste jeudi avant de prendre d'éventuelles sanctions. L'organisme s'est également engagé à recevoir la famille concernée pour des excuses en face à face.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.