Cet article date de plus d'un an.

Corse : des perquisitions menées au domicile de la présidente de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bastia

La magistrate bastiaise avait eu 1 230 appels et SMS avec François Orlandi, ancien président du conseil départemental de Haute-Corse. Une enquête avait été ouverte pour violation du secret de l'instruction.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
François Orlandi, témoin assisté dans une affaire d'emplois présumés fictifs à la Collectivité de Corse. (JEAN-PIERRE BELZIT / MAXPPP)

Des perquisitions ont eu lieu mardi matin au domicile de la juge bastiaise Rose-May Spazzola, dans le cadre d'une enquête pour violation du secret de l'instruction, a appris franceinfo jeudi matin de source proche de l'enquête, confirmant une information du Parisien.

Ces perquisitions ont été menées par trois juges d'instruction parisiens et des gendarmes. Elles ont eu lieu dans le cadre d'une information judiciaire ouverte contre X pour violation du secret de l'instruction et recel de violation du secret de l'instruction, après des révélations en avril du Canard enchaîné, qui indiquait que la magistrate avait eu 1 230 échanges (appels et SMS) avec François Orlandi, ancien président du conseil départemental de Haute-Corse.

François Orlandi est témoin assisté dans une affaire d'emplois présumés fictifs à la Collectivité de Corse entre 2010 et 2015. Cette information judiciaire, ouverte dans un premier temps à Bastia, a été dépaysée le 13 mars au tribunal de grande instance de Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.