Contrôles de police : Manuel Valls calme le jeu sur l'idée de "reçus"

Le ministre de l'intérieur Manuel Valls s'est montré très prudent lundi sur la proposition formulée par le premier ministre de "reçus" donnés lors de contrôles de police. "Je ne vois pas, à ce stade, comment ça marche", a indiqué Manuel Valls.

Manuel Valls à l\'école de police de Saint-Cyr au Mont d\'Or
Manuel Valls à l'école de police de Saint-Cyr au Mont d'Or (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Le ministre de l'intérieur Manuel Valls s'est montré très prudent lundi sur la proposition formulée par le premier ministre de "reçus" donnés lors de contrôles de police. "Je ne vois pas, à ce stade, comment ça marche", a indiqué Manuel Valls.

"Je ne veux pas imposer un dispositif qui, très vite, tournerait au ridicule et serait inopérant", a affirmé lundi Manuel Valls sans jamais prononcer les mots de "reçu" ou de "récépissé". M.Valls s'exprimait à l'Ecole nationale supérieure de la police de Saint-Cyr au Mont d'Or, où il assistait à la sortie de la 62e promotion des commissaires.

Expliquant qu'il examinerait "toutes les propositions", Manuel Valls a ajouté: "Je ne vois pas, à ce stade, comment ça marche".

"Si les policiers remettent un récépissé, il faut bien qu'ils en gardent une trace", souligne-t-on au ministère de l'Intérieur. Or pour "la Cnil, il est hors de question de constituer un fichier", a noté Manuel Valls qui attend un "rapport" du Défenseur des Droits.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait annoncé sa volonté, le 1er juin dernier, que soit remis un reçu aux personnes contrôlées, rappelant qu'il s'agit d'un "engagement" de campagne du président François Hollande. Après les déclarations de M.Valls, l'entourage du Premier ministre a assuré que le projet du gouvernement d'éviter les contrôles policiers à répétition "est toujours d'actualité". "Nous travaillons dessus et la concertation continue", a-t-on ajouté à Matignon.

Devant les policiers, Manuel Valls a assuré qu'il s'emploierait à "préserver (ndlr: les contrôles d'identité) en tant que moyens d'intervention au service d'une action policière légitime de lutte contre la délinquance". D'autres outils que les reçus sont à l'étude pour éviter tout contrôle abusif, comme la remise d'un simple coupon du type "carte de visite" (qui à la différence d'un récépissé ne nécessite pas la création d'une base de données), ou la réapparition sur les vêtements des forces de l'ordre d'un matricule visible. Ce matricule avait disparu en 1985.