Cet article date de plus de dix ans.

Clichy-sous-bois : une pétition contre le non-lieu

La décision a été renvoyée au 3 octobre. La Cour de cassation se repenchait sur ce dossier mercredi : les familles de Zyed et Bouna, les deux adolescents de 15 ans électrocutés alors qu'ils tentaient d'échapper aux forces de l'ordre, espèrent faire annuler le non-lieu prononcé en 2011 en faveur des policiers. Une pétition, lancée sur internet, a déjà recueilli plus de 7.000 signatures.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (JULES MOTTE/SIPA Autre)

"Un non lieu, c'est
pour un non-événement
" : la pétition lancée en ligne il y a 24
heures a un but : annuler le non-lieu de l'affaire dans laquelle Zyed et
Bouna ont trouvé la mort en 2005, électrocutés dans un transformateur EDF. Plus de 7.000 signatures ont déjà été recueillies.

Sept ans après le drame, à
Clichy-sous-Bois, la cicatrice est encore à vif : l'accident s'était produit
alors que les deux adolescents de 15 ans avaient entamé une course-poursuite
avec la police. Trois semaines de violences avaient alors suivi dans la
commune, mais aussi dans un grand nombre de banlieues en France. Le non-lieu,
prononcé en 2011 par le parquet de Bobigny en faveur des policiers, avait achevé
de nourrir l'amertume des familles.

Ce mardi, deux collectifs de Clichy-sous-Bois, ACLEFEU, et le Collectif contre le Contrôle au Faciès, ont lancé cette pétition
en ligne
pour protester contre la décision annoncée par
l'Avocat Général de confirmer le non-lieu précédent : "La mort de Zyed et Bouna n'est pas un non-événement.
C'est un événement qui a bouleversé leurs familles, leur ville, ainsi que des
dizaines de villes de France
" annonce le site, qui espère faire
revenir la justice sur sa décision.

"Préconiser la
confirmation de ce non-lieu, c'est envoyer un message qui glace le dos de
milliers de parents et de futurs parents. C'est leur dire que malgré les
contrôles abusifs dont peuvent faire l'objet leurs enfants, personne n'est tenu
de leur porter assistance
(...) C'est risquer de leur envoyer le message
que la police n'est pas là pour les protéger
" poursuit la
pétition.

L'examen en Cour de cassation du pourvoi formé par les familles de Zyed et Bouna avait lieu mercredi, la décision a été renvoyé au 3 octobre à 14h. Le dossier ressurgit alors que le gouvernement étudie de nouveaux
dispositifs de sécurité destinés à faire disparaître les contrôles au faciès

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.