Cet article date de plus de sept ans.

Caisse noire de l'UIMM : l'ex-patron condamné à un an ferme

Denis Gautier-Sauvagnac a été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis pour avoir détourné 16 millions d'euros en liquide vers une caisse "noire" de l'UIMM. Il devra également verser une amende de 375.000 euros. Le procureur avait requis deux ans avec sursis et 250.000 euros d'amende. L'avocat de Denis Gautier-Sauvagnac a annoncé son intention de faire appel.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Le tribunal correctionnel de Paris a eu la main lourde : il est allé au-delà des réquisitions du procureur qui, à l'audience en octobre dernier, avait demandé deux ans de prison avec sursis et 250.000 euros d'amende. Denis Gautier-Sauvagnac, l'ex-patron de l'UIMM, la puissante fédération patronale de la métallurgie, a finalement été condamné à trois ans de prison, dont un an ferme, et 375.000 euros d'amende.

C'est donc le procès de la "caisse noire" de l'UIMM : 16 millions d'euros retirés en liquide, entre 2000 et 2007, des caisses de l'Epim, la structure d'entraide créée par l'UIMM pour apporter un "appui moral et matériel" en cas de conflit social.

Où est passé l'argent ? Le procès n'a pas vraiment permis de le savoir précisément. Denis Gautier-Sauvagnac affirmait que les syndicats en avaient bénéficié - sans dire lesquels, ni donner de nom : "Je ne peux trahir la confirance que m'ont faite ces personnes" , expliquait-il. Les syndicats, eux, ont formellement démenti.

"Un système occulte"

Dans ses attendus, le tribunal a notamment estimé que Denis Gautier-Sauvagnac avait eu "une participation centrale, en connaissance de cause et pendant des années" , au "fonctionnement d'un système occulte de distribution d'importants fonds en espèces alors même qu'il disposait de tous les pouvoirs pour mettre un terme à ces pratiques frauduleuses" .

Trois autres anciens dirigeants de l'UIMM ont été condamnés à des peines allant de deux mois à un an de prison avec sursis. L'UIMM, poursuivie en tant que personne morale, a écopé d'une amende de 150.000 euros.

L'avocat de Denis Gautier-Sauvagnac, Me Jean-Yves Le Borgne, dénonce "une peine démesurée", et annonce son intention de faire appel. L'UIMM aussi a décidé de faire appel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.