Cet article date de plus de huit ans.

Cahuzac serait blanchi par les autorités suisses, mais Mediapart n'en démord pas

Nouveau rebondissement dans l'affaire Cahuzac. D'après le JDD, les autorités suisses excluent que le ministre du Budget ait été titulaire d'un compte bancaire à la banque UBS, comme l'affirmait Mediapart. Le site pourtant dit ce dimanche "maintenir ses accusations" contre Jérôme Cahuzac.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (Reuters)

"Ni compte UBS à son nom ou à celui d'une société ", peut-on lire ce dimanche dans le JDD . Les autorités fédérales suisses viennent peut-être d'enlever une épine du pied du ministre du budget Jérôme Cahuzac.

La réponse a été transmise au ministre de l'Economie et des
Finances, Pierre Moscovici, qui l'a aussitôt fait suivre au procureur de Paris
en charge d'une enquête préliminaire ouverte le 8 janvier sur les informations
de Médiapart , précise le JDD .

"Il n'y a aucune place au doute dans la réponse transmise
par la Suisse
",a assuré au JDD l'entourage de Pierre Moscovivi, le
ministre de l'Economie.

"Une opération de communication"

Pour François Bonnet, rédacteur en chef de Mediapart, l'article du JDD "ressemble furieusement à une opération de communication ". Il a avance que le site maintenait  "qu'il y a bel et bien eu un compte suisse ouvert à l'UBS et que M. Cahuzac, lors d'un déplacement à Genève, début 2010, a organisé le transfert d'un certain nombre d'avoirs vers Singapour ".

"Comme moi je connais la vérité, je n'ai aucun doute
quant à la nature de la réponse qui a
été apportée
", avait déclaré mercredi Jérôme Cahuzac. Ce jour-là, il avait été
informé de la remise par la Suisse aux autorités françaises d'un document établissant
si oui ou non, il avait détenu un compte en Suisse. Le bras-de-fer se poursuit donc entre le ministre et Mediapart .

Mediapart ouvre les hostilités le 4 décembre

L'affaire Cahuzac avait commencé le 4 décembre dernier. Le
site Mediapart publie un article l'accusant d'avoir possédé un compte en Suisse durant les années

  1. Un compte qu'il n'aurait jamais déclaré au fisc, puis qu'il aurait fermé en 2010, avant de transférer ses fonds à Singapour.

Une accusation que le site appuie le lendemain par un enregistrement
on entend une personne parlait d'un compte en Suisse ouvert dans la banque UBS,
et que Mediapart prétend être Jérôme Cahuzac. Des vérifications
techniques sont actuellement réalisées afin de vérifier s'il ne s'agit pas d'un
montage, et si la voix est celle de l'actuel ministre du Budget.

Le jour de la publication de cet enregistrement, Jérôme
Cahuzac nie en bloc et dément "catégoriquement les allégations contenues
sur le site Mediapart. Je n'ai pas, je n'ai jamais eu de comptes à l'étranger,
ni maintenant, ni avant
", affirme le ministre, confirmant qu'il porte
plainte en diffamation.

Une affaire loin d'être terminée

Après s'y être refusé, Jérôme Cahuzac se résout deux semaines plus tard à entamer
une démarche auprès de la banque suisse
afin de certifier qu'il n'a jamais
détenu de compte dans cette banque suisse. Il cherche ainsi à "clouer
définitivement le bec" de Mediapart
", déclare t-il alors.

Ce qui n'avait pas semblé effrayer le pure player. Vendredi, le
site a publié un fac-similé d'un courriel envoyé par un expert-comptable au
ministre du Budget. Ce document concernait sa déclaration de patrimoine et pourrait se
montrer embarrassant pour lui.

En attendant, ce courrier des autorités suisses redonne un
peu d'air au ministre du Budget. L'affaire Cahuzac devrait cependant connaître encore
quelques épisodes. De nombreuses personnes (sa femme avec qui il est en
instance de divorce, un ancien rival politique...) semblent s'intéresser de près au
patrimoine du ministre pour diverses raisons.

Une source de la Direction centrale des renseignements intérieurs
(DCRI) a affirmé au JDD avoir reçu des informations sur de "possibles
comptes en Suisse de personnalités françaises dont vraisemblablement Jérôme Cahuzac.
" Mais Bernard Squarcini, ancien cacique de la DCRI, a affirmé au JDD avoir arrêté
l'enquête de la DCRI sur ce qui s'apparentait selon lui "à un montage de type
Clearstream.
"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.