Cet article date de plus de deux ans.

Blessés par balle à Paris lors d'un contrôle : trois policiers placés en garde à vue

Deux personnes avaient été blessées par balles par des policiers ce samedi matin dans le 18e arrondissement de Paris, lors d'un contrôle pour défaut du port de la ceinture.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Photo prise le 27 novembre 2020 montrant un commissariat du 12e arrondissement de Paris abritant une antenne de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Trois policiers sont en garde à vue après un contrôle dans le 18e arrondissement de Paris où deux personnes ont été blessées par balles, a appris franceinfo auprès du parquet de Paris. Ils sont actuellement dans les locaux de la "police des polices", l'IGPN, visés par une enquête pour "violence avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique". Selon le parquet, l'enquête s'attache à vérifier les conditions d'usages de leurs armes.

Deux personnes ont été blessées par balles par des policiers ce samedi matin dans le 18e arrondissement de Paris, lors d'un contrôle pour défaut du port de la ceinture. Le conducteur est sorti de réanimation et la passagère est dans un état critique, toujours selon cette source.

Quatre personnes ont pris la fuite à bord de leur véhicule. Ils ont foncé sur un équipage de policiers à VTT. Les policiers ont utilisé leur arme administrative pour arrêter la voiture. 

Les policiers ont utilisé leur arme pour arrêter la voiture, à un croisement au niveau de la rue Clignancourt et la rue Custine, à Paris. (SNAZZY MAPS / RADIO FRANCE)

Parmi les passagers certains sont connus des services de police, a appris franceinfo. Ils ont dit avoir consommé de l'alcool et du cannabis. Le parquet de Paris a ouvert deux enquêtes. Une pour tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique et une autre pour violences avec arme par personnes dépositaires de l'ordre public.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.