Bayrou dénonce "un champ de suspicion" sur le financement de la campagne 2007 de Sarkozy

François Bayrou a estimé qu'il existait "un champ d'inquiétude et de suspicion très grand sur le financement" de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Le candidat MoDem a par ailleurs appelé aujourd'hui à une réforme "sévère" de la loi sur le financement des partis politiques.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

L'affaire Bettencourt vient de s'inviter dans la campagne 2012. En
déplacement à Bastia, François Bayrou est revenu sur le maintien en détention décidé par la cour d'appel de Bordeaux de Patrice de Maistre, ex-conseiller financier de Liliane Bettencourt. Pour
François Bayrou cette décision

"Un champ
d'inquiétude et de suspicion très grand sur le financement de la campagne 2007
de Nicolas Sarkozy."

Pour justifier le
maitien en détention de Patrice de Maistre, le juge d'instruction bordelais,
Jean-Michel Gentil, a notamment souligné la concomitance de dates, en 2007,
entre deux envois d'argent provenant de comptes en Suisse de Mme Bettencourt et
des contacts avec Eric Woerth, alors trésorier de l'UMP, voire Nicolas Sarkozy,
candidat à la présidentielle.

Afin de sortir de cette situation, François Bayrou a estimé qu'il
fallait un changement de loi sur le financement des campagnes présidentielles.
Il s'est notamment prononcé pour l'interdiction des dons des particuliers aux
candidats.

 

 

Selon François Bayrou, ces dons "sont souvent organisés pour
détourner la loi.On
cite l'exemple de puissances financières qui donnent de l'argent à leurs
collaborateurs pour que chacun d'entre eux cotise aux campagnes. Si c'est vrai,
c'est choquant
".

Autre avantage à ce changement, noté par le candidat MoDem : les économies
que cela ferait faire à l'État. "Ces dons, explique François Bayrou,
donnent droit à défiscalisation."
Il propose également un plafonnement
sévère à 10 millions d'euros, contre le double aujourd'hui des dépenses de
campagne.