Cet article date de plus de sept ans.

Amiante : des agents attaquent la SNCF pour préjudice d'anxiété

163 agents de la SNCF, exposés à l'amiante pendant leur carrière, ont décidé de poursuivre leur entreprise devant les prud'hommes au titre de "préjudice d'anxiété". Tous sont suivis médicalement après avoir été exposés au matériau cancérigène depuis les années 1970.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Ils sont 163 en tout. 155 cheminots, et huit sous-traitants - salariés d'une société de nettoyage - de la SNCF, à avoir décidé d'investir le terrain judiciaire pour obtenir réparation. Leur point commun : tous ont été exposés, entre les années 1970 et 2000, à l'amiante sur leur lieu de travail. La procédure passera devant les prud'hommes, au titre de "préjudice d'anxiété", reconnu par la Cour de Cassation en mai 2010.

Le syndicat SUD Rail, dont l'avocat Maître Xavier Robin a pris l'affaire en main, réclame des indemnités de 10.000 euros par plaignant, car "tous ces agents sont suivis médicalement pour avoir [...] travaillé sur de l'amiante ou dans un milieu amianté ".

Une audience de conciliation doit avoir lieu ce lundi, mais faute d'accord l'affaire sera tranchée à l'occasion d'un procès qui se tiendra le 10 juin 2014 devant le conseil des prud'hommes de Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.