Affaire Jean-Claude Romand : une libération qui fait polémique

Le faux docteur Jean Claude Romand, condamné à la perpétuité en 1993 pour avoir tué sa famille, a obtenu jeudi 25 avril sa libération conditionnelle, à 64 ans. Une décision polémique qui révolte les proches des victimes.

FRANCE 3

Jean Claude Romand, reconnu coupable de l’assassinat de sa femme, de ses deux enfants âgés de 5 et 7 ans et de ses parents, a obtenu une liberté conditionnelle. Il pourra sortir dès cet été sous surveillance, avec obligation du port du bracelet électronique durant deux ans. Il a également l'interdiction de s'exprimer sur ses crimes. Une décision qui révolte son beau-frère, Emmanuel Crolet : "Je suis abattu, aigri et en colère contre Jean-Claude Romand qui n'assume pas ses responsabilités. Pour lui c'est gagné, il n'aura jamais à s'expliquer pour ce geste."

Un meurtrier au profil mythomane qui divise le village

Les faits se sont déroulés en janvier 1993. Connu comme médecin travaillant en Suisse, Jean-Claude Romand n'a en réalité jamais travaillé durant 18 ans, extorquant même des grosses sommes à son entourage. À Prévessin-Moëns, dans l'Ain, les réactions sont partagées. "J'aurais préféré qu'il reste en prison. Il peut recommencer", peste un habitant. "Quoi qu'il ait fait, il a payé ce que la justice pensait devoir lui faire payer. Je pense normal qu'il essaye de trouve un autre chemin de vie", concède un autre villageois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jean-Claude Romand, quintuple meurtrier de son épouse, ses deux enfants et parents, à son procès en 1996
Jean-Claude Romand, quintuple meurtrier de son épouse, ses deux enfants et parents, à son procès en 1996 (PHILIPPE DESMAZES / AFP)