Affaire Firmin Mahé: le temps du verdict pour les quatre militaires

Derniers mots des accusés ce vendredi matin, puis le jury se retirera pour délibérer. C'est le dernier jour du procès de quatre militaires de la Force Licorne, poursuivis pour avoir participé au meurtre d'un Ivoirien en 2005. L'avocate générale a requis des peines allant de 6 mois de prison avec sursis à 5 ans ferme.

(Maxppp)

"Le devoir du militaire est de désobéir à un ordre illégal.  Il y a des fois où il faut réfléchir, et désobéir " : un principe rappelé avec force ce jeudi par l'avocate général Annie Grenier dans cette affaire qu'elle a qualifié d'"extraordinaire" tant il est rare que des militaires soientjugés pour des affaires
criminelles. Elle a requis des peines de prison de 6 sursis à 5 ans ferme, des sanctions moins lourde
pour les exécutants que pour leursupérieur, le colonel
Eric Burgaud, qui a reconnu leur avoir transmis l'ordre illégal de tuer Mahé,
qu'ils considéraient comme un dangereux criminel.

Le colonel affirme avoir lui-même tenu cet
ordre de manière implicite du général Henri Poncet,
qui a démenti et a bénéficié d'un non-lieu durant l'enquête. La défense a
demandé que le "doute" sur ce point bénéficie au colonel.

"On peut faire le mal sans être un salaud."

 Dans leurs plaidoiries, les avocats de la
défense ont pourfendu "l'hypocrisie "
des hauts gradés venus témoigner au procès et qui ont, pour laplupart, tenu des
"discours de salon " déconnectés des réalités du terrain. "Je vous demande d'être humain " a dit M° Alexis Gublin, l'avocat du colonel Burgaud, au jury, "on peut faire le mal sans être un salaud."

........