Cet article date de plus de neuf ans.

Affaire d'espionnage Lauvergeon : nom de code "Pomerol 4"

Le Parquet de Paris a ouvert hier soir une enquête préliminaire, après la plainte contre X déposée par Anne Lauvergeon, et son mari, Olivier Fric, pour des faits d'espionnage présumés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Ce sont les policiers parisiens de la Brigade de Répression de la Délinquance contre la Personne qui ont été saisis de ce dossier. Dossier qui peut s'avérer explosif. Car le rapport d'espionnage que l'ex-patronne d'Areva vient de recevoir des mains d'un messager anonyme a été réalisé entre février et juin 2011, c'est-à-dire au moment où elle était poussée vers la sortie du groupe nucléaire, où on lui reprochait notamment le rachat d'UraMin, cette société minière d'uranium établie en Namibie, achetée pour 1,8 milliard d'euros en 2007, et qui a beaucoup perdu de sa valeur depuis.

Les espions helvètes auraient été payés 50 000 euros pour fouiller dans la vie privée de l'époux d'Anne Lauvergeon.
Un seul rapport d'espionnage est pour l'instant connu, souligne l'avocat d'Anne Lauvergeon, maître Versini-Campinchi. Il porte le numéro 4, ce qui sous-entend qu'il y en a d'autres. Son nom de code est "Pomerol 4".
Les espions suisses sont-ils des amateurs de bon vin français ? En tout cas, ils ont des références. Et "au moins cela prouve qu'il y a une forme d'humour chez ces gens-là ", commente maître Versini-Campinchi.


Rapport d'espionnage Lauvergeon : nom de code "Pomerol 4" - les explications de Sophie Parmentier
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.