Cet article date de plus de neuf ans.

Affaire Bettencourt : le parquet requiert des non-lieux pour Eric Woerth et Patrice de Maistre

Poursuivis pour trafic d'influence - une légion d'honneur pour Patrice de Maistre, en échange de l'embauche de Florence Woerth - les deux hommes pourraient faire l'objet d'un non-lieu. Le parquet de Bordeaux estime que les faits ne sont pas suffisamment caractérisés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Benoît Tessier Reuters)

Patrice de Maistre, ancien homme de confiance de Liliane Bettencourt, a-t-il obtenu sa Légion d'honneur en échange de l'embauche de Florence Woerth ? Rien n'est moins sûr, pour le parquet de Bordeaux. Celui-ci vient de requérir des non-lieux, estimant que "le lien de corrélation entre les deux faits n'est pas formellement démontré"

Il a également requis un non-lieu dans un sous-dossier concernant la mise à disposition, par l'Etat, d'une parcelle destinée à construire un auditorium financé par Liliane Bettencourt.

Désaveu pour le juge Gentil

Depuis deux ans, le juge Jean-Michel Gentil, et ses deux collègues, essaient de démontrer qu'Eric Woerth a abusé de sa position de ministre du Budget, pour faire embaucher sa femme Florence chez Clymène, la société de gestion du patrimoine des Bettencourt. En récompense, Patrice de Maistre aurait donc reçu la Légion d'honneur.

Un scénario de petits arrangements entre amis avec, en toile de fond, des soupçons de financement illicite de la campagne électorale de 2007. Un scénario qui ne convainc pas vraiment le parquet. Dans un communiqué, le procureur de Bordeaux fait savoir que ces soupçons ne reposent sur aucune preuve et que, même s'il y en avait, ces faits seraient aujourd'hui prescrits.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.