Adidas-Crédit Lyonnais : Tapie réclame au moins 566 millions pour préjudices

L'avocat de Bernard Tapie a demandé mardi à la cour d'appel de Paris d'accorder à l'homme d'affaires entre 516 millions et 1,174 milliard d'euros en réparation du préjudice financier qu'il estime avoir subi dans la revente d'Adidas au Crédit Lyonnais, ainsi que 50 millions d'euros au titre du préjudice moral.

(Bernard Tapie réclame 50 millions d'euros pour préjudice moral © REUTERS/Fred Dufour)

Un chiffre à la hauteur du personnage. La défense de Bernard Tapie a demandé ce mardi à la cour d'appel de Paris une somme entre 516 millions et 1,174 milliard d'euros, pour dédommager l'homme d'affaires après la revente d'Adidas par le Crédit Lyonnais au début des années 1990. En février dernier, la cour d'appel avait annulé l'arbitrage de 2008 qui octroyait 400 millions d'euros à Bernard Tapie. Elle doit donc revoir l'affaire.

Et pour une fois, ce mardi, Bernard Tapie a écouté les conseils de ses avocats : il n'est pas à l'audience. Son avocat Maître Emmanuel Gaillard a d'ailleurs tenu à commencer sa plaidoirie par ce préambule : "Monsieur Tapie a fait le choix difficile de ne pas être présent, compte tenu de la médiatisation de cette affaire. N'y voyez pas un signe de désintérêt, mais sa volonté au contraire d'assurer la sérénité des débats ", dit-il.

  • 50 millions d'euros pour préjudice moral

Car cette audience, très complexe et technique, est cruciale pour Benard Tapie. La justice doit dire s'il est une victime ou si tout a été fait dans les règles au moment de la revente d'Adidas par le Crédit Lyonnais. Lui accuse l'ex-banque publique et ses filiales de s'être enrichies frauduleusement et à ses dépens.

Si la Cour d'appel estime qu'il y a fraude, l'homme d'affaires sera dédommagé. Son avocat réclame donc cette somme immense, à laquelle il faut ajouter 50 millions d'euros pour préjudice moral, selon lui.

Mais, si la justice juge au contraire légales les conditions de la revente, ce sera alors à l'homme d'affiaires de rembourser les 404 millions d'euros perçus après l'arbitrage. La cour d'appel rendra sa décision le 3 décembre prochain.