Action à Notre-Dame de Paris : les Femen relaxées en appel

Huit militantes des Femen ont été relaxées jeudi par le tribunal correctionnel de Paris. Elles étaient jugées pour une action menée dans la cathédrale Notre-Dame de Paris en 2013. Une légère dégradation avait été trouvée sur une cloche.

(Les Femen avaient déjà obtenu la relaxe lors d'un premier procès, ici, en septembre 2014 © maxPPP)

Le 12 février 2013, huit femmes, membres des Femen, avaient ciblé trois des nouvelles cloches, en exposition dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Les militantes avaient fait tinter les cloches avec des morceaux de bois. L’une d'elles avait été marquée, une légère dégradation attribuée à l’action des militantes. C'est ce qui leur a valu une comparution en justice.

Comme au premier procès en 2014, les Femen ont été relaxées. Lors de la première audience, les magistrats avaient estimé qu'il était impossible de faire le lien entre la cloche abîmée et l'action des Femen, d'autant qu'elles avaient protégé leurs bâtons avec de la feutrine.

A LIRE AUSSI ►►►Dégradation à Notre-Dame de Paris : les Femen relaxées, le parquet fait appel

Le parquet avait demandé au second procès, une amende de 1.000 euros pour chacune des militantes. L’action à Notre-Dame-de Paris en 2013 avait été menée en plein débat sur le mariage pour tous.