Accusé d'agressions sexuelles, Denis Baupin dépose plainte pour diffamation

Selon son avocat, la plainte déposée mardi par le député écologiste de Paris vise France Inter et Mediapart, les deux médias qui ont recueilli les témoignages des femmes mettant l'élu en cause.

(Denis Baupin, accusé d'agressions sexuelles, annonce une plainte contre Mediapart et France Inter © MaxPPP)

Les étapes judiciaires s'enchaînent ce mardi, au lendemain des accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles portées par plusieurs élues écologistes à l'encontre du député Denis Baupin. L'élu écologiste de Paris a porté plainte pour diffamation publique à l'encontre des deux médias ayant relayé les témoignages des victimes présumées. Auparavant, le parquet de Paris avait annoncé le lancement de vérifications.

A LIRE AUSSI ►►►Affaire Baupin : ouverture d'une enquête préliminaire

"Innocence et bonne foi"

L'avocat de Denis Baupin, Me Emmanuel Pierrat a argumenté le dépôt de plainte dans un communiqué publié sur son compte Facebook. "Monsieur Denis Baupin a pris connaissance de l’ouverture par le Parquet de Paris d’une enquête préliminaire, à la suite des publications de Mediapart et de France Inter du 9 mai 2016", a indiqué mardi midi Me Pierrat. Face à cette enquête destinée à mener des vérifications auprès de toutes les parties concernées, Denis Baupin "coopérera bien entendu avec les institutions et le Parquet. Cette procédure lui permettra non seulement d’exercer ses droits de la défense mais aussi de démontrer son innocence et sa bonne foi", ajoute le communiqué.

Pas de déclaration publique

Le député écologiste "réservera ses déclarations à la Justice, ainsi que les éléments en sa possession prouvant le caractère mensonger des allégations d’agression et de harcèlement sexuels, afin de garantir la sérénité des débats" précise Me Emmanuel Pierrat dans sa publication. Il ajoute que son client "dépose plainte entre les mains du Doyen des Juges d’instruction de Paris pour diffamation publique à l’encontre des journalistes signataires et des directeurs de la publication de Mediapart et de France Inter".