Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Et si Jeanne Calment, morte à 122 ans, était en réalité... sa fille Yvonne ?

Jeanne Calment, la doyenne de l'humanité, a-t-elle vraiment vécu jusqu'à 122 ans ? Des études menées récemment par des chercheurs russes ont semé le doute. Selon leur thèse, la vieille dame décédée en 1997 ne serait autre que sa propre fille, âgée de 99 ans... seulement. "Envoyé spécial" a enquêté sur cette énigme.

ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Jeanne Calment, la "supercentenaire" qui aurait vécu jusqu'à 122 ans, habitait Arles. Mais un mystère entoure sa fille Yvonne, officiellement décédée le 19 janvier 1934. Selon des chercheurs russes, c'est Jeanne Calment qui serait morte à cette date, et sa fille Yvonne aurait alors usurpé son identité. La fausse doyenne de l'humanité n'aurait en réalité atteint que 99 ans...

Où vivait Yvonne à Arles ? Que faisait-elle ? Est-on certain des causes et de la date de sa mort ? Elle n'apparaît pas dans le recensement de 1931. Aucun dossier médical, aucune trace d'hospitalisation. Est-elle partie à la campagne, dans le village du Paradou, où la famille Calment possédait une villa ? Souffrait-elle de la tuberculose, maladie considérée comme honteuse dans les milieux bourgeois ?

"Envoyé spécial" a retrouvé une lettre inédite

Une lettre inédite, datant de 1928, le laisse penser. Les journalistes d'"Envoyé spécial" l'ont retrouvée dans les archives du ministère de la Défense. Elle est signée par l'un des supérieurs de Joseph Billot, mari d'Yvonne et militaire. "C'est à regret qu'il quitte l'armée, mais ses intérêts et la santé de sa femme l'obligent à aller habiter dans le Midi, à proximité d'Arles."

Pour défendre la mémoire et le record de "leur" doyenne, des Arlésiens réunis dans un groupe Facebook ont aussi enquêté. Ils ont analysé une photo d'Yvonne. Elle semble prise à Leysin, en Suisse, devant un sanatorium – établissement médical spécialisé dans la tuberculose. Yvonne serait-elle morte de cette maladie ?

Une substitution "absolument improbable"

Comme il était d'usage, les obsèques ont eu lieu le lendemain du décès. A l'époque, surtout pour une famille de notables comme les Calment, il s'agissait d'un événement public. Le journal local fait état d'une "foule particulièrement nombreuse".

Avant l'enterrement, comment une fausse Yvonne aurait-elle pu être placée sur son lit de mort ? "On dressait un lit mortuaire dans la chambre, et les gens venaient prier devant le corps du défunt (...), rappelle Rémi Venture, et une bonne partie (...) de la ville a présenté ses hommages à Yvonne Calment." Pour le directeur de la médiathèque d'Arles, le doute n'est pas permis : substituer la mère à la fille, "dans ce contexte-là, aurait été absolument improbable".

Extrait de "L'énigme Jeanne Calment", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 21 mars 2019.

Et si Jeanne Calment, morte à 122 ans, était en réalité... sa fille Yvonne ?
Et si Jeanne Calment, morte à 122 ans, était en réalité... sa fille Yvonne ? (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)