L'Irlande organisera un référendum sur la légalisation de l'avortement en 2018

Le pays n'interdit plus totalement l'avortement depuis 2013, mais il ne l'autorise qu'en cas de danger pour la mère.

Des manifestants réclament à Dublin (Irlande) l\'abrogation du 8e amendement à la Constitution de 1937, le 8 mars 2017.
Des manifestants réclament à Dublin (Irlande) l'abrogation du 8e amendement à la Constitution de 1937, le 8 mars 2017. (ARTUR WIDAK / NURPHOTO / AFP)

Le gouvernement irlandais a annoncé la tenue d'un référendum sur l'avortement en mai ou juin 2018, alors qu'il est actuellement illégal sauf en cas de menace pour la vie de la mère. "Le gouvernement s'est mis d'accord sur un programme de référendums portant sur des amendements constitutionnels", précise un communiqué, mardi 26 septembre.

L'avortement est extrêmement restrictif en Irlande

La République d'Irlande, pays très marqué par le catholicisme, a quitté, en 2013, le cercle très restreint des pays européens où l'avortement est totalement interdit, mais ne l'autorise qu'en cas de danger pour la mère. Le viol, l'inceste ou la malformation du fœtus ne sont pas des raisons légales d'avorter, et une telle intervention constitue un crime passible de la prison à vie. En effet, le huitième amendement garantit "le droit à la vie" de l'embryon, en tenant compte du "droit égal à la vie de la mère".

En Europe, l'avortement est interdit à Malte. Il est également très restrictif à Chypre et en Pologne. Dans ce dernier pays, les conservateurs au pouvoir avaient tenté de le restreindre davantage, l'an passé, avant de renoncer sous la pression de manifestations.