Cet article date de plus de sept ans.

Intermittents : le personnel d'Avignon vote la grève

46% du personnel du festival d'Avignon inscrit a pris part au vote, et la grève a été décidée pour samedi. Au même moment, la justice a refusé de suspendre la convention contestée par les intermittents.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les intermittents mobilisés place du Palais des papes, à Avignon le 10 juillet © MAXPPP / Le Dauphiné libéré)

Le personnel du festival d'Avignon a voté ce vendredi en faveur de la grève pour samedi, à l'appel de la CGT Spectacle et de coordinations d'intermittents et de précaires. Seuls 46% des 622 inscrits ont pris par à la consultation, et la grève a été votée avec 65% de "pour", et 33% de "contre", d'après le collectif du festival In.

La liste des spectacles annulés, sur les treize prévus demain au "In", sera communiquée samedi à la mi-journée. Comme l'explique Denis, l'un des membres du collectif, l'objectif de la grève n'est pas le blocage pur et simple des festivités : "On passe énormément de temps à discuter, à informer. On veut que les gens puissent comprendre pourquoi on est en colère et pourquoi on demande au gouvernement de réviser sa copie ."

"Le collectif du festival In veut être dans la pédagogie", explique Denis
écouter

La convention ne sera pas supendue

Le même jour, le tribunal de grande instance de Paris a refusé de suspendre l'application de la convention d'assurance chômage contestée par les intermittents. La CGT l'avait saisi le 11 juin pour demander d'abord la suspension de l'application du texte, puis son application, "en raison des conditions déloyales dans lesquelles les discussions entre partenaires sociaux se sont déroulées". Mais le tribunal a jugé qu'il n'y avait "pas lieu à référé", récusant l'urgence invoquée par le syndicat, et une audience sur le fond a été renvoyée au 30 septembre.

Pour la CGT-Spectacle, ce n'est pas une défaite. "On s'y attendait, a expliqué Denis Gravouil, de la CGT Spectacle. On a perdu sur la suspension, mais ce qui est intéressant c'est que le tribunal s'est déclaré compétent et qu'il y a lieu à juger sur le fond '. Ce n'est que partie remise ." La CGT ne compte pas faire appel de la décision.

Les intermittents perturbent les grands festivals de l'été pour contester un accord onclu entre le patronat et trois organisations syndicales (CFDT, FO et CFTC) sur une nouvelle convention d'assurance chômage. Le texte, entré en vigueur au 1er juillet malgré une forte opposition, durcit les conditions d'indemnisation des intermittents et des cadres. Elle rallonge notamment le "différé d'indemnisation", période de latence avant qu'un nouveau chômeur ne soit indemnisé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.