Inceste et viols sur mineurs : faut-il rendre ces crimes imprescriptibles ?

À la suite des accusations d'inceste visant le politologue Olivier Duhamel, la question est une nouvelle fois revenue : faut-il rendre de tels crimes imprescriptibles ?

France 3

Anne Lucie Viscardi dit avoir été violée par son père entre ses 4 et ses 12 ans. Mais elle n'aura jamais le droit à un procès, son affaire étant prescrite. Elle n'a réussi à parler de ses viols qu'à l'âge de 46 ans, car elle a été victime d'une amnésie traumatique. "Je l'ai occulté pendant plusieurs années : au moment où je le vivais puis des années plus tard, puisque le cerveau se met en mode survie. Pour qu'on continue à avancer, il nous coupe de cette émotion insupportable", affirme Anne Lucie Viscardi.

Des associations réclament l'impressibilité

En 30 ans, la prise en compte de la parole des victimes a fait évoluer la législation. Entre 1989 et 2004, la prescription est passée de 10 à 20 ans, puis de 20 à 30 ans en 2018. Insuffisant, pour l'association Face à l'inceste, qui réclame l'imprescriptibilité des crimes sexuels sur mineurs, car, aujourd'hui, certains bourreaux ne sont jamais inquiétés. "Non seulement il ne va jamais rendre compte des actes qu'il a commis devant la justice, mais, deuxièmement, il peut continuer en toute impunité", estime Isabelle Aubry, présidente de l'association.

Le JT
Les autres sujets du JT
Couverture du livre de Camille Kouchner, \"La familia grande\" (Seuil), publié le 7 janvier 2021
Couverture du livre de Camille Kouchner, "La familia grande" (Seuil), publié le 7 janvier 2021 (THOMAS SAMSON / AFP)