Renforcement des contrôles aux frontières : le département de la Haute Savoie demande une dérogation pour le travail frontalier en Suisse

"Un actif sur cinq en Haute-Savoie travaille à Genève et c'est très important pour l'économie", rappelle le président du département alors Jean Castex a annoncé qu'un test PCR de dépistage du Covid-19 sera demandé à toutes les personnes en provenance d'un pays hors Union européenne.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un poste frontière entre le canton du Valais (Suisse) et la Haute-Savoie (France), en août 2020. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Pour lutter contre la propagation du Covid-19, des tests PCR négatifs seront demandés à tous les passagers en provenance de pays extérieurs à l'Union européenne souhaitant entrer sur le territoire français, a annoncé Jean Castex jeudi 14 janvier. "Il faut faciliter la circulation des travailleurs entre la Haute-Savoie et les cantons de Genève et de Lausanne", demande sur franceinfo Christian Monteil, président du département de Haute Savoie.

"Il faut que la vie économique puisse se poursuivre"

"Nous avons 80 000 personnes en Haute-Savoie qui travaillent à Genève. La Suisse n'est pas dans l'Union européenne mais dans l'espace Schengen, donc il y a une discussion à avoir, fait valoir Christian Monteil. Je vais alerter le préfet dès ce soir sur la reprise des discussions avec la Confédération helvétique pour faciliter la circulation des travailleurs entre la frontière du département de Haute-Savoie et du canton de Genève et de Lausanne".

Le président du département de Haute Savoie  souhaiterait que ces travailleurs frontaliers puissent bénéficier des "mêmes conditions que nous appliquons dans notre pays sauf si un taux d'incidence extraordinairement puissant se révélait dans le secteur genevois ou dans d'autres territoires voisins". "Il faut que la vie faut que la vie économique puisse se poursuivre, plaide Christian Monteil. Un actif sur cinq en Haute-Savoie travaille à Genève et c'est très important pour l'économie."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.