Info franceinfo Loi immigration : un grand rassemblement à l'initiative de la CGT en préparation pour le mois de janvier

Après avoir promis "des initiatives d'ampleur pour mobiliser ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette France lepénisée", la CGT est en train d'organiser un grand rassemblement le dimanche 14 janvier ou celui du 21 janvier.
Article rédigé par Victoria Koussa
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Illustration d'un drapeau du syndicat CGT. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS)

Marquer le coup après les fêtes. Un grand rassemblement pour dénoncer la loi immigration se prépare, à l'initiative de la CGT, a appris vendredi 22 décembre franceinfo de sources concordantes. Deux dates sont avancées : le dimanche 14 janvier ou celui du 21 janvier. Le syndicat compte s'appuyer sur un appel lancé par 50 personnalités politiques, syndicales et culturelles. Les noms de l'ancien Défenseur des droits Jacques Toubon et de Jean-Luc Mélenchon sont évoqués par ces mêmes sources.

La secrétaire générale de la CGT, Sophie Binet, a appelé jeudi sur RMC à la "désobéissance civile et à la multiplication d'actions de résistance contre cette loi" qui "remet en cause en profondeur tous nos principes républicains". Avec plus d'une centaine de personnalités publiques, elle a co-signé une tribune publiée jeudi par le journal L'Humanité avec un message destiné à Emmanuel Macron : "Ne promulguez pas ce texte de tous les dangers !"

La loi immigration, adoptée mardi par le Parlement, est un "véritable marchepied à l'idéologie nationaliste de l'extrême droite", déplorent les signataires de cette tribune. "En instillant le poison xénophobe de la préférence nationale, en remettant en cause le droit du sol, il bafoue les principes d’égalité et de non-discrimination, socle de notre démocratie fraternelle", écrivent les acteurs Eric Cantona, Jean-Pierre Darroussin, Laure Calamy ou encore la prix Nobel de littérature Annie Ernaux.

"Le président  a encore la capacité d'interrompre cette marche funeste"

Après une première réunion mercredi, au lendemain de l'adoption de la loi, "syndicats et associations se retrouveront le 11 janvier, pour poursuivre cette dynamique de rassemblement", selon un communiqué signé par une quarantaine d'organisations dont la CFDT, la CGT, Médecins du monde, Emmaüs, la Ligue des droits de l'Homme. "Le président de la République a encore, entre ses mains, la capacité d'interrompre cette marche funeste. C'est pourquoi nous lui demandons solennellement de prendre la mesure de l'ampleur du désordre et de la crise sociale et démocratique que cette loi viendrait aggraver et de surseoir à sa promulgation", peut-on lire dans ce communiqué relayé notamment par la secrétaire générale de la CFDT, Marylise Léon.

Par ailleurs, 32 départements dirigés par la gauche ont annoncé leur refus de durcir les conditions de versement de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) aux étrangers, comme le prévoit la loi adoptée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.