Immigration : Le gouvernement injecte "une dose de poison, de méfiance et de discorde dans les veines du pays", accuse Jean-Luc Mélenchon

Un débat sans vote est organisé à l'Assemblée nationale lundi afin de discuter de la politique migratoire de la France. 

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Quel cap pour la politique migratoire de la France ? L'Assemblée nationale aborde ce thème hautement sensible qui divise jusque dans la majorité, en attendant d'éventuelles décisions de l'exécutif. Le coup d'envoi de ce débat sans vote a été donné à 16 heures, lundi 7 octobre, par Edouard Philippe. "Le système français d'asile est aujourd'hui saturé", a déclaré le Premier ministre. La discussion se poursuivra mercredi au Sénat.

"Je n'ai pas peur de réfléchir à l'idée de quotas." Edouard Philippe n'a pas fermé la porte à des échanges sur des "objectifs quantitatifs dans l'immigration professionnelle". Il a rappelé, en revanche, que les quotas ne peuvent pas s'appliquer à l'asile et au regroupement familial.

Six "axes de travail" présentés dans l'Hémicycle. L'exécutif s'appuiera sur une synthèse transmise à la majorité, qui recense "dix faits" sur la politique migratoire de la France et "dix actions" menées par le gouvernement. "Six axes de travail" vont être présentés aux députés, dont une réflexion sur les prestations sociales accordées aux demandeurs d'asile.

Des discussions sur les demandes d'asile. Le débat portera notamment sur la "forte augmentation de la demande d'asile", portée à 123 625 personnes en 2018, soit une croissance de 22% en un an, souligne Matignon. Parmi ces demandeurs, Albanais et Géorgiens, ressortissants de pays considérés comme "sûrs", figurent respectivement en deuxième et troisième positions, derrière les Afghans.

Pas de suppression de l'AME. Sur le volet social, Emmanuel Macron a rejeté l'idée d'une suppression de l'aide médicale de l'Etat (AME) aux sans-papiers, mais a souhaité une évaluation du panier de soins pour lutter contre certains "excès". Une réforme de la protection universelle maladie, dont bénéficient les demandeurs d'asile, serait également envisagée.

Des tensions dans la majorité. La mise en avant du thème de l'immigration, qui avait déjà divisé lors du vote sur la loi asile et immigration en 2018, a fait grincer une partie de l'aile gauche de la majorité.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #IMMIGRATION

00h12 : Minuit, faisons un dernier point sur l'actualité de ce lundi 7 octobre :

Le retrait des forces américaines près de la frontière entre la Syrie et la Turquie, annoncé aujourd'hui par Donald Trump, ne concernera que "50 à 100 membres" des forces spéciales, a tempéré un haut responsable américain.

Des clés USB contenant les données personnelles et coordonnées de dizaines de collègues de Mickaël Harpon, l'auteur de la tuerie de la préfecture de police de Paris, ont été retrouvées à son domicile, d'après une source policière à France 2. Des vidéos du groupe Etat islamique ont également été repérées sur ces clés.


Quotas, aide médicale d'Etat (AME), tribune de l'aile gauche de LREM... Voici ce qu'il faut retenir de cette première journée de débat sur la politique migratoire à l'Assemblée nationale.


Le journaliste sportif Eugène Saccomano, commentateur légendaire des matchs de football à la radio, est mort à l'âge de 83 ans, a annoncé ce soir son ancien employeur RTL.


Ce direct reprendra dès 6 heures demain matin.

23h08 : Un peu de lecture avant d'aller dormir. Voici trois contenus que nous vous invitons à consulter ce soir sur franceinfo :

Le reportage de France 2, qui fait le point ce soir sur la découverte de clés USB au domicile de l'auteur de la tuerie de la préfecture de police de Paris. Ces clés contiennent les coordonnées et données personnelles de dizaines de ses collègues, ainsi que des vidéos de propagande du groupe Etat islamique


L'aide médicale d'Etat (AME) est au cœur des discussions sur l'immigration qui ont débuté aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Voici notre article à lire pour tout comprendre de cette aide, qui concerne quelque 320 000 personnes en France.


Que faut-il retenir de cette première journée de débat sur la politique migratoire à l'Assemblée nationale ? Explications dans cet article.

20h17 : "Je pense que le chef de l'État a compris qu'il vaut mieux intégrer, participer à une meilleure intégration, que de fermer les yeux, et c'est dans ce sens que je suis parfaitement d'accord avec lui quand il dit qu'il faut affronter ce problème en face".


Le député LREM Jean-François Mbaye, signataire de cette tribune de l'aile gauche de LREM, était invité sur franceinfo aujourd'hui, à l'heure de l'ouverture du débat sur l'immigration au Palais Bourbon. "Il faut poser les bonnes questions pour ne pas tomber dans des travers qui seraient dommageables dans un débat qui mérite effectivement que les Français soient parfaitement éclairés", a-t-il défendu.

Le député LREM Jean-François Mbaye à l\'Assemblée nationale le 27 juillet 2017.


(JACQUES DEMARTHON / AFP)

20h09 : Ils se prononcent "pour la solidarité, le partage et l'intégration", en plein débat parlementaire sur la politique migratoire. Dans une lettre que franceinfo a pu consulter, 18 députés de l'aile gauche de la majorité LREM appellent à élargir l'accès du marché du travail aux migrants. Plus d'informations dans notre article.

L\'Assemblée nationale lors des débats sur l\'immigration, le 7 octobre 2019.


(ALAIN JOCARD / AFP)

00h02 : 20 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité de ce lundi 7 octobre :

"Je n'ai pas peur de réfléchir à l'idée de quotas." Edouard Philippe et son gouvernement ont lancé aujourd'hui un débat sur la politique migratoire à l'Assemblée nationale. Suivez notre direct.


Les Etats-Unis ont annoncé le retrait de leurs troupes dans le nord de la Syrie, avant d'assurer que seul un "tout petit nombre" de soldats serait retiré près de la frontière turque.


#PREFECTURE Christophe Castaner déplore que la radicalisation de Mickaël Harpon, l'assaillant de la préfecture de police de Paris, n'ait pas donné lieu à des alertes "au bon niveau, au bon moment". Pourquoi le ministre de l'Intérieur est-il sur la sellette après cette attaque ? Eléments de réponse.


Le journaliste sportif Eugène Saccomano, voix légendaire des matchs de football à la radio, est mort à l'âge de 83 ans.

19h08 : "Je n'ai, Monsieur le Premier ministre, aucune confiance en vous, et encore moins en votre ministre de l'Intérieur, pour régler le dramatique problème de l'immigration."

La députée et présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, dénonce l'organisation de ce débat sur la politique migratoire. Critiquant l'inaction du gouvernement, elle appelle à un référendum sur le sujet.

19h06 : La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, prend la parole au sein de l'hémicycle. Elle fustige un débat sur l'immigration "sans vote, sans décision, comme s'il s'agissait d'une répétition d'une pièce de théâtre de lycée".

18h51 : Le débat sur la politique migratoire se poursuit à l'Assemblée nationale. Des conditions d'accueil des migrants à l'accès aux soins et l'attractivité de la France, quels sont ces sujets liés à l'immigration qui divisent la classe politique ? Eléments de réponse dans notre article.

Les débats sur l\'immigration à l\'Assemblée nationale, le 7 octobre 2019.


(CAPTURE D'ECRAN / FRANCEINFO)

18h00 : Il est 18 heures. Voici les principaux titres de l'actualité :

"Le système français d'asile est aujourd'hui saturé." Edouard Philippe et son gouvernement ont lancé à l'Assemblée le débat sur l'immigration.

• L'Union européenne se dit opposée à une offensive de la Turquie en Syrie. Les Etats-Unis ont annoncé le retrait immédiat de leurs troupes dans le nord du pays afin de laisser le champ libre à la Turquie. L'ONU a déclaré se "préparer au pire", craignant une crise humanitaire.

Christophe Castaner déplore que la radicalisation de Mickaël Harpon, l'assaillant de la préfecture de police de Paris, n'ait pas donné lieu à des alertes "au bon niveau, au bon moment". Par ailleurs, l'Elysée a annoncé que les quatre victimes de l'attaque seront décorées de la Légion d'honneur demain, lors d'une cérémonie nationale d'hommage.


Les résultats des premières analyses sur une éventuelle contamination des produits alimentaires par des dioxines dans la zone touchée par l'incendie de l'usine chimique Lubrizol à Rouen sont "très rassurants", a affirmé la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

17h58 : "Quel est le bilan de toutes ces mesures ? (...) On ne sait pas, personne ne le saura. Si vous y revenez, c'est que le bilan est mauvais."

A la tribune de l'Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon s'agace de la volonté du gouvernement de remettre le thème de l'immigration au cœur des débats et évoque une "opération de propagande".

17h20 : "Nous avons un devoir de responsabilité, nous ne voulons pas que les personnes renoncent à se soigner."

Agnès Buzyn espère "la fin des procès en générosité, parce que la colère se trompe parfois d'objet". La ministre de la Santé a conclu en défendant encore le dispositif de l'AME : "Loin des préjugés et des fantasmes, notre exigence doit être celle de la justice et de la justesse."

17h22 : Agnès Buzyn annonce que plusieurs pistes sont sur la table pour réformer l'aide médicale de l'Etat, mais rejette toute proposition instituant une "participation financière des personnes admises à l'AME".

17h22 : "Ce pays s'honore de respecter le droit à la santé pour tous."

Agnès Buzyn estime que l'aide médicale de l'Etat est "essentielle" : "C'est un impératif de santé publique de ne pas laisser des maladies s'aggraver."

16h58 : Christophe Castaner évoque "l'idée de l'orientation directive" des demandeurs d'asile, en rappelant que toutes les opportunités d'emploi ne sont pas saisies dans certains territoires. Le ministre de l'Intérieur rappelle ainsi qu'il y a une volonté des demandeurs d'asile "de résider majoritairement dans les grands centres urbains".

16h46 : Y avait-il vraiment urgence à ouvrir la discussion ? Le président de la République, Emmanuel Macron, a tenu à inscrire à l'agenda de l'Assemblée nationale un débat sur le thème de l'immigration. Franceinfo vous explique pourquoi.

16h45 : "Personne ne quitte de gaieté de cœur son pays pour traverser la Méditerranée sur un bateau de fortune."

Jean-Yves Le Drian rappelle la nécessité "d'une politique de développement à la hauteur" pour espérer pouvoir gérer les flux migratoires "sur le long terme".

16h29 : "Et s'il fallait, je dis bien s'il fallait, piloter par objectif quantitatif notre immigration en matière professionnelle, il faudrait encore s'interroger sur l'intérêt de quotas par nationalité ou par secteur professionnel. De tout cela nous devons discuter."

Le Premier ministre a ouvert la réflexion sur la méthode des quotas en matière d'immigration professionnelle. Voici la séquence.


16h38 : "Oui, il y a des dérives communautaires dans notre pays."

Le Premier ministre évoque une "sécession insidieuse" de certaines communautés et invite à agir contre ce phénomène, avant de conclure son discours. Il laisse sa place au ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

16h39 : "La France doit à l'évidence soigner tous ceux qui se trouvent sur son territoire (...) mais elle ne doit être ni plus, ni moins attractive que ses voisins."

Edouard Philippe laissera le soin à Agnès Buzyn de dévoiler les pistes de réflexion du gouvernement concernant l'aide médicale de l'Etat.

16h22 : "Je n'ai pas peur de réfléchir à l'idée de quotas."

Le Premier ministre ne ferme pas la porte sur le débat concernant des quotas de migrants, mais "cela ne peut pas s'appliquer à l'asile et à l'immigration familiale". Edouard Philippe souhaite donc que le débat porte sur des quotas concernant "l'immigration professionnelle".

16h31 : Edouard Philippe écarte désormais les "fausses solutions" dans ce débat comme "le mythe de l'immigration zéro", ou "la fin du droit du sol". Il semble ainsi donner des gages à la gauche de sa majorité. Son discours est à suivre dans notre direct.

16h40 : "Notre capacité d'accueil des demandeurs d'asile atteindra 107 000 places à la fin de l'année."

Le Premier ministre commence par se féliciter du bilan de la loi asile et immigration votée en 2018, en affirmant que la France accueille désormais mieux les demandeurs d'asile. "Clairement, nous n'avons pas atteint tous nos objectifs (...) nous devons faire mieux", nuance Edouard Philippe.

16h40 : "Le système français d'asile est aujourd'hui saturé."

Le Premier ministre rappelle que les demandes d'asile ont fortement augmenté en France pour l'année 2018, avec 123 000 demandes. Mais le Premier ministre oublie de rappeler que la France reste loin derrière l'Allemagne ou la Suède, largement plus sollicitées, comme le rappelle Le Parisien.

16h07 : "Nous voulons que cette méthode permette d'éclairer un sujet qui se prête parfois aux approximations."

Edouard Philippe commence par exposer la méthode choisie par le gouvernement, qui consiste à se mettre d'accord avec le Parlement "sur le diagnostic" au sujet de l'immigration.

16h31 : "Nous devons aujourd'hui assurer le triomphe de la conception républicaine (...) celle qui accepte des droits pour chacun et qui demande des devoirs pour tous."

Edouard Philippe commence son discours en citant l'ancien Premier ministre Michel Rocard.

16h03 : Le débat sur immigration commence à l'Assemblée nationale avec une prise de parole du Premier ministre Edouard Philippe. C'est à suivre dans notre direct.

16h42 : L'aide médicale de l'Etat concerne quelque 320 000 personnes et coûte 935 millions par an, soit 0,5% des dépenses de santé. Avant le débat sur l'immigration, Yann Thompson vous décrypte ce dispositif destiné aux sans-papiers.

15h31 : Le gouvernement lance un débat parlementaire concernant l'immigration sur la base de "postulats erronés", regrettent les associations de défense des migrants. Réunies en "Etats généraux des migrations", ces organisations dénoncent également "l'instrumentalisation politique" des questions migratoires.

15h14 : Bonjour @anonyme. Le débat sur l'immigration doit débuter à 16h à l'Assemblée nationale. Il sera à suivre dans notre direct.

15h14 : Bonjour. À quelle heure a lieu le débat sur l'immigration à l'Assemblée Nationale ? On pourra le suivre sur FranceInfo ? Merci.

12h49 : "L'immigration peut être une chance pour notre pays."

Alors qu'un débat sur l'immigration s'ouvre à l'Assemblée nationale, Jean-François Césarini estime sur franceinfo que quelque chose peut être créé "dans les territoires oubliés" "l'immigration peut être une solution".

07h32 : Pour vous aider à suivre les discussions sur l'AME, je vous ai préparé un article, aussi clair que possible, qui vous présente ce dispositif, ainsi que les arguments des différents bords. C'est par ici.

07h42 : L'un des sigles dont on devrait beaucoup entendre parler est le suivant : AME, pour Aide médicale d'Etat. Ce dispositif gratuit d'accès aux soins pour les étrangers en situation irrégulière, qui existe depuis 2000, est combattu avec force par le Rassemblement national et Les Républicains. Le gouvernement, lui, se dit prêt à en revoir les "modalités".

07h42 : Cette fois, on y est. Après un report d'une semaine du fait des obsèques de Jacques Chirac, le débat "sur la politique migratoire de la France et de l'Europe" va avoir lieu, cet après-midi, à l'Assemblée nationale. C'est le gouvernement qui est à l'initiative de ces échanges (qui ne donneront lieu à aucun vote).