A l'Assemblée, la loi Asile et Immigration divise, majorité comprise

Alors que les échanges sur la loi Asile et Immigration ont débuté lundi 16 avril à l'Assemblée nationale, associations, citoyens et politiques ont manifesté pour le retrait du texte. Un texte qui divise au sein même de la majorité.

Voir la vidéo
France 2

Une Assemblée nationale clairsemée mais des discussions déjà très vives pour ce premier jour de débat. Mardi 17 avril, au lendemain des premières batailles rangées, force est de constater que le projet de loi Asile et immigration divise les parlementaires. Premiers à monter au front, les députés Les Républicains. Pour eux, le projet qui prévoit notamment d'accélérer la procédure d'asile et d'allonger la durée de rétention, ne va pas assez loin.

Une "petite loi"

"Cette petite loi, de petits ajustements techniques et de petits compromis politiques internes à la majorité ne permettra pas à la France de sortir du chaos migratoire", a déclaré Guillaume Larrivé, député LR de l'Yonne. Des propos qui ont choqué à gauche, poussant certains députés à quitter brièvement l'hémicycle. "Cette loi est extrême parce qu'elle est inhumaine", a défendu Eric Coquerel, député la France insoumise de la Seine-Saint-Denis. D'ici à vendredi plus de 1 000 amendements seront examinés, certains venant de députés de la majorité. Une preuve que ce texte divise même au sein de La République en marche.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le député de Seine-Saint-Denis La France insoumise, Éric Coquerel. Ici en avril 2018 à l\'Assemblée nationale.
Le député de Seine-Saint-Denis La France insoumise, Éric Coquerel. Ici en avril 2018 à l'Assemblée nationale. (MAXPPP)