Images chocs et témoignages poignants : les dangers de la conduite sous emprise démontrés aux lycéens picards

Publié
CI_SENSIBILISATION_CONDUITE
Article rédigé par
France Télévisions

Comment sensibiliser efficacement les jeunes aux dangers de la conduite sous alcool ou drogues ? En Picardie, une journée de prévention appuyée par la reconstitution d’accidents et de témoignages de familles endeuillés a rassemblé plus de 300 lycéens. #IlsOntLaSolution

"Pour eux, la drogue est devenue banale, le temps qu'ils n'ont pas été confrontés à un drame." Ce constat, Frédéric Friscourt le faisait déjà en 2014 alors qu’il organisait des campagnes de sensibilisation auprès de lycéens du Centre de la France. Huit ans plus tard, ce major de police, ancien de la brigade des stups et formateur anti-drogue à la direction centrale de la sécurité publique, poursuit son travail auprès des adolescents. Il leur rappelle les dangers de la conduite sous emprise, à savoir, alcool, drogues ou encore médicaments.

Images chocs

Que ce soit dans le Centre ou en Picardie, le déroulement de cette journée de prévention est toujours le même : simulation d’un accident, une voiture contre un scooter, réalisée par un cascadeur professionnel, puis celle de deux voitures qui se percutent.

Les élèves filment, cependant, on les sent impressionnés malgré les rires de façade. "Ils ont besoin de se faire peur, de jouer avec la vitesse, avec l'alcool, constate Pascale Bernard, professeure d'arts appliqués. L'enseignante, qui accompagne ces lycéens venus d’Amiens et de Beauvais poursuit "Ils rigolent comme ça, mais je pense que ça va rester et les faire réfléchir un peu."

Un ejournée qui a réuni 350 jeunes venus de lycées de beauvais et d'Amiens. (J. Croci / France Télévisions)

Ouvrir les yeux

Impression confirmée par les adolescents présents : "On voit vraiment l’impact de l’accident sur le matériel et sur les personnages" (les mannequins utilisés pour la simulation). 
"Ça m’a appris des choses que je ne savais pas et ouvert les yeux sur des trucs dont je doutais. Maintenant, je vais faire plus attention"
 confie un autre à la sortie d’une projection lors de laquelle le témoignage de parents endeuillés par la mort de leur fille n'a laissé personne indifférent.

Il faut toucher la corde sensible car ils s’imaginent invulnérables. Quand on est jeune, on ne pense pas à la mort.

Frédéric Friscourt

Policier formateur anti-drogues

Conduites à risque

Ce type d’intervention semble nécessaire, car les statistiques montrent que la tranche des 18-24 ans est la plus touchée par l’accidentalité. Ils représentent 20% de la mortalité routière, alors qu’ils ne constituent que 9% de la population. 

À cet âge, les conduites à risque sont nombreuses. Selon une étude réalisée par MAAF (l’assureur partenaire de cette opération) auprès de 2 578 jeunes,  51% boivent de l'alcool plusieurs fois par semaine, voire quotidiennement et  43% ont déjà pris le volant après avoir bu ou fumé des drogues. 

Pourtant, comme on peut le lire sur le site de la Sécurité routière,"la consommation de ces substances entraine la diminution des facultés visuelles et auditives, un état d’excitation intense, une perte de la conscience du danger."

Organisées depuis cinq ans, ces journées de sensibilisation ont permis de toucher plus de 30 000 jeunes.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.